PROCES EN APPEL DE HISSEIN HABRE La défense demande l’information du jugement rendu en première instance

Le procès en appel de l’ancien Président tchadien s’est ouvert, hier, au palais de justice de Dakar. Hissène Habré a déjà été condamné fin mai à la prison à perpétuité pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures et viols lorsqu’il était au pouvoir au Tchad, entre 1982 et 1990. L’ancien homme fort de N’Djamena était absent du tribunal.

 Le président de la chambre d’appel, le Malien WafiOuagadeye, a suivi la défense dans ses requêtes en dispensant Hissein Habré de toute comparution lors de cette audience d’appel. Selon les robes noires, la comparution de l’ancien homme fort de N’Djamena n’est pas nécessaire. En effet, ce procès en appel permettra de juger uniquement les questions de droit. Sur ce, le Président de la chambre a déclaré que “ la démocratie, c’est bon, mais parfois, il faut faire la dictature aussi. J’utilise mon imperium et prends la décision, nonobstant son absence, de poursuivre le procès en appel. Donc, nous nous passons de sa présence”. Après cette déclaration, les avocats de la défense ont pris la parole en premier pour expliquer les raisons qui ont motivé leur appel. Ils devront prouver à la Cour que le droit n’a pas été respecté en première instance. Me Abdou Ngingue et ses pairs ont commencé par dire que l’un des juges de la première instance, en l’occurrence le Sénégalais Amady Diouf, n’avait pas les dix ans d’ancienneté requis pour juger Hissène Habré. Sur ce, le verdict qui a été rendu et condamnant Hissein Habré à la prison à perpétuité doit donc être annulée. “ La défense a estimé que le jugement du 30 mai avait été rendu sous une composition irrégulière. Et lorsqu’une composition est irrégulière, d’une manière aussi grave que nous l’avons constatée dans ce dossier, la nullité, voire l’inexistence de la décision était la sanction”, a déclaré maître Abdou Niang, selon qui, seul M Hissein Habré a été renvoyé.Or, l’article 175 du code de procédure pénale nous dit que le juge d’instruction examine les charges contre les personnes inculpées et si cela est avéré, toutes ces personnes devraient être renvoyées en jugement. “ En renvoyant seul Habré devant cette chambre, les promoteurs de ce procès sont préoccupés par autre chose qu’une justice impartiale. Ils l’ont prouvé sur les actes qu’ils ont eu à poser. A côté de ces nullités qui doivent entraîner l’infirmation de cette décision, il y a de nombreuses causes qui justifient les appels. Il y a aussi le viol prétendu sur Khadija Hassan Zidane dont le but est d’humilier Hissein Habré”, a-t-il encore dit. Même son de cloche chez Mes Mounir Balal et Mbaye Sène. Pour le premier nommé, cette affaire est un précieux cadeau donné à l’Afrique. “ Je dis bien un précieux cadeau enveloppé avec un papier d’une médiocre qualité. Ce n’est pas le procès des Africains. C’est un procès éminemment politique. Pendant ces deux années de mise en œuvre du procès, on n’a commis que des bourdes. Je ne suis pas fier de la façon dont l’accusé a été jugé en première jugement”, a-t-il dit. Avant de poursuivre: “ parce qu’il fallait le juger rapidement. Et, celui qui confond vitesse et précipitation, trébuche. Je n’ai pas vu dans ce dossier un seul acte posé à décharge. On ne peut pas violer les droits humains au motif que les conséquences politico-financières seraient difficiles à supporter”. Toutefois, ce procès va reprendre aujourd’hui et ce sont les voix des avocats de la partie civile qui se feront entendre.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ASSEMBLEE NATIONALE La cinglante réplique de Moustapha Diakhaté à Abdoul Mbaye

Le président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yaakaar(BBY), Moustapha Diakhaté, n’a pas du tout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *