Hissene-Habre4

Procès de Hissein Habré : Des médecins légistes et un expert balistique de nouveau devant le tribunal

Des médecins légistes et un expert balistique venus d’Argentine étaient encore ce jeudi devant la barre du tribunal jugeant Hissein Habré, pour livrer des analyses balistique et médicale faites sur des charniers au Tchad.

Le médecin légiste français Pierre Perich, l’un des membres de cette équipe d’experts, a été le premier à présenter son rapport sur des lésions, des côtes fracturées, des tibias, des fémurs ou des péronés de personnes présumées avoir été tuées dans les prisons du Tchad, quand M. Habré dirigeait ce pays.

Son expertise portait également sur les restes humains et des impacts de balle dans des organes vitaux.

« Nous avons décelé des impacts, qui ont indéniablement un rapport avec un projectile d’arme à feu », a soutenu M. Perich, signalant une « dégradation des éléments osseux mais analysables sur le plan légiste ».

Cet expert, qui a surtout travaillé sur des corps ensevelis à Déli et à Koumra, au Tchad, dit avoir « fait preuve d’honnêteté face à des éléments pas analysables, sur lesquels il est difficile, voire impossible, d’identifier des lésions ou de déterminer un traumatisme quelconque ».

Après lui, l’expert balistique José Manuel Pachon Mora a présenté son travail au tribunal, en insistant sur « les lésions au niveau des structures osseuses, causées par un projectile d’arme à feu (…) sur la base de caractères physiques macroscopiques mesurables dans l’analyse balistique ».

Membre de l’Institut de médecine légale de Bogota (Colombie), cet expert balistique doublé d’anthropologue légiste a fourni au tribunal « une banque de données balistiques » comprenant « les calibres », « les types de cartouche » et d’autres aspects étudiés à partir des corps de personnes présumées avoir été tuées dans les geôles tchadiennes.
Des habits à moitié abîmés

M. Mora a fait état de « plusieurs orifices d’entrée et de sortie, après passage d’une arme à feu », en montrant les images de restes humains et d’habits à moitié abîmés.

« Pour le cas du Tchad, nous avons fait une classification des types d’armes utilisées », a-t-il indiqué, en parlant d’ »armes courtes », d’ »armes longues », de « mitraillettes », de « fusils d’assaut », etc.

« L’arme à feu la plus utilisée au Tchad au moment des faits, c’était le fusil d’assaut, avec la prédominance d’un calibre dénommé 7.62/51 », a déclaré l’expert balistique.

Après les trois présentations, les membres du tribunal, les avocats de la défense et ceux des parties civiles ont entrepris une série de questions/réponses sur les travaux des experts.

Hissein Habré, jugé pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de torture présumés, estime que le tribunal chargé d’organiser son procès est illégal. Il continue à faire du silence sa ligne de défense.

 

APS

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …