Accueil / SOCIETE / Procès de Khalifa Sall et Cie- 20 témoins seront entendus, contre 2 de la partie civile

Procès de Khalifa Sall et Cie- 20 témoins seront entendus, contre 2 de la partie civile

Le procès de Khalifa Sall est loin de connaître son épilogue. En effet, les avocats de la défense ont communiqué une liste d’une soixantaine de personnes devant être entendues en qualité de témoins. Parmi elles figurent des personnes qu’on ne présente plus sur la scène politique. Cependant, le juge Lamotte a décidé de n’entendre que 20 témoins parmi les 70 cités par la défense. La partie civile elle a proposé 2 témoins.   

Les avocats de la défense ont cité une soixantaine de personnes pour venir témoigner au procès de Khalifa Sall. Parmi les témoins cités, figurent l’ancien Président de la République, Abdoulaye Wade, l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, le Président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, le Président du Haut Conseil des Collectivités territoriales, Ousmane Tanor Dieng, et Aminata Tall, Président du Conseil économique, sociale et environnemental. Cependant, Antoine Diome, Agent judiciaire de l’Etat, a défendu que les dépositions de ces témoins ne peuvent avoir aucun impact sur le dossier. En tout état de cause, dit-il, ils sont prêts à y aller pour poser des questions aux témoins pour voir quel est leur apport dans cette affaire. Pour sa part, le bâtonnier Félix Sow, également avocat de l’Etat, a déclaré que les témoins cités ne sont pas évoqués par ceux qui sont poursuivis. « Le texte qui règle le problème ici c’est l’arrêté du 31 janvier 2003, annulant et remplaçant l’arrêt portant création d’une caisse d’avance. Il y a le décret de 1976 portant régime de financement local. Donc, il faudrait vérifier si l’ensemble des témoins figurent sur la liste des rationnels.

Le juge prend le contre pied de l’agent judiciaire de l’Etat

Par conséquent, en l’absence de ces documents, ces témoins ne sont pas utiles pour éclairer la lanterne du tribunal », a dit le bâtonnier. Prenant la parole pour le compte de la défense, Me Doudou Ndoye a rappelé que le juge ne peut fonder sa décision que sur les choses débattues devant lui à la barre. Toutefois, il se dit gêné qu’un agent judiciaire plaide le dossier alors qu’il a des avocats à ses côtés.  Me Ciré Clédor Ly a pris la balle au rebond en soutenant avoir un problème après avoir entendu la partie civile et l’agent judiciaire de l’Etat. « Je constate que l’on ne s’oppose pas à l’audition de nos témoins. Je souhaiterais que le tribunal donne acte à ce que la partie civile ne s’oppose pas à l’audition des témoins. Et elle ne peut pas s’opposer à l’audition de nos témoins. Ce n’est pas à la partie civile de nous dire comment on va organiser notre défense », a dit la robe noire. Elle sera confortée dans ses propos par le juge Lamotte qui a pris acte de la requête de la défense, arguant que le tribunal va entendre seulement 20 témoins. Il s’agit de 10 témoins qui pourront justifier de l’existence de cette caisse, et 10 autres témoins qui sont des bénéficiaires de cette dite caisse. Les 2 témoins à charge cités par la partie civile seront également entendus.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Algérie: Un Sénégalais tué

Un Sénégalais vient d’être en Algérie. Selon  L’As qui donne l’information, la victime, Sakho Diallo …

Le procès de « Boy Djinné » renvoyé

Le procès de Baye Modou Fall alias « Boy Djinné », qui devait avoir lieu hier devant …