Accueil / POLITIQUE / Procès de Khalifa Sall et Cie Me El Hadji Diouf exclu du procès par le juge Lamotte

Procès de Khalifa Sall et Cie Me El Hadji Diouf exclu du procès par le juge Lamotte

L’exclusion de Me El Hadji Diouf a été un des faits marquants, hier, du 5e jour du procès de Khalifa Sall. En effet, prenant la parole en qualité de partie civile, la robe noire a plaidé pour la nullité de la procédure. Ce que le juge n’a pas apprécié, arguant que la posture de l’avocat est en violation du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

A la reprise du procès, hier, les différentes parties se sont prononcées sur les exceptions de nullité de la procédure. L’avocat de la Ville de Dakar, Me El Hadji Diouf, a axé son intervention sur deux points, notamment la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall et l’article 5 du règlement intérieur de l’Uemoa. Sur le premier point, Me El Hadji Diouf a soutenu qu’il est membre de la coalition Benno Bokk Yaakar et il fait partie de ceux qui ont combattu Abdoulaye Wade en 2012. « Aujourd’hui on ne veut plus voir parce que je dis la vérité. Dans cet empire, on aime les complots, les combines, les délations. (…) toutefois,  j’ai été député et je peux témoigner sur la levée de l’immunité parlementaire », a soutenu l’avocat de la Ville de Dakar. Avant de poursuivre : «Le simple fait que Khalifa Sall n’a pas été entendu par ses collègues députés, conformément à la loi, montre que la loi a été violée. Quand vous avez une immunité parlementaire, on doit vous libérer. Prenez la jurisprudence Barthélémy Diaz. Il faut dire que Khalifa Sall a changé de statut et on doit lui appliquer toutes les dispositions qui régissent le député. C’est malhonnête de dire qu’il ne bénéficie pas d’immunité. Pour ce devoir de vérité, les droits de Khalifa Sall ont été violés, méconnus, ignorés, sabotés.

Subitement, on demande la levée de cette immunité dont il n’a jamais bénéficié ».  Sur la présence de l’avocat à la police dès l’interpellation, selon toujours Me El Hadji Diouf, si on devait donner une meilleure note en tricherie, on l’aurait donné à l’Etat du Sénégal. « Comment une circulaire peut être supérieure à une loi communautaire. Il y a un ministre qui mérite des soins à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye. On parle du règlement 5 de l’article 5 de l’Uemoa et les règlements de l’Uemoa sont d’application immédiate, contrairement à la directive qui doit être incorporée dans le droit positif national. Comme le Sénégal est le meilleur élève en matière de tricherie, le Sénégal avec ses manœuvres a essayé d’utiliser ses parlementaires pour faire incorporer ce règlement », a laissé entendre l’avocat. Suffisant pour rappeler qu’il a été éconduit par les policiers enquêteurs lorsqu’il s’est présenté à la police aussitôt après l’interpellation de Khalifa Sall. En définitive, il estime que cette procédure doit être annulée. Les propos de Me El Hadji Diouf, partie civile dans cette affaire, a obligé le juge à prendre des mesures en l’excluant du procès. Cependant, l’avocat ne semble pas lâcher prise et compte poursuivre l’aventure jusqu’au bout. Pis, dit-il, on essaye depuis le début de l’exclure de cette affaire. Il faut dire qu’aussitôt après l’incident, une réunion a été tenue avec le bâtonnier et Me El Hadji Diouf a gardé le silence pendant le reste de la journée.

Cheikh Moussa SARR   

À voir aussi

Defections au Pds Arona Coumba Ndoffène décime le Pds à Biscuiterie

Encore une saignée dans les rangs du Pds dans la Commune de Biscuiterie ! En …

Porokhane Un député Apr lâche Macky pour Idy

Les tournées d’Idrissa Seck à l’intérieur du pays commencent à porter ses fruits. Le député …