Accueil / ACTUALITES / Procès de Khalifa Sall prévu aujourd’hui Les choses sérieuses vont commencer !

Procès de Khalifa Sall prévu aujourd’hui Les choses sérieuses vont commencer !

REWMI.COM Après deux renvois, à la demande de la défense, le procès de Khalifa Sall, Maire de Dakar, patron de la coalition de l’opposition Mankoo Taxawu Sénégal, va s’ouvrir aujourd’hui sans possibilité de renvoi, si l’on en juge par l’avertissement lancé par le juge Louis Lamotte.

Des renvois qui ont agacé une Accusation prête à en découdre dans le fond, tandis que la défense semble vouloir engager le contentieux sur la forme pour s’appesantir sur les vices pouvant lui permettre de gagner à ce niveau.
Des exceptions, les avocats de Khalifa Sall ne vont pas manquer d’en soulever des tonnes. Car, dans les déclarations distillées dans la presse de la part de ces derniers et des proches du maire, il est toujours ressorti que ‘’ses droits ont été bafoués’’.

Toutefois, ces exceptions qui sont parties pour être nombreuses, vont certainement être jointes dans le fond pour permettre au Procureur de s’expliquer sur les chefs d’inculpation, somme toutes graves de ‘’détournement de deniers publics, d’escroquerie portant sur des derniers publics, de complicité de faux en écriture de commerce, de faux et usage de faux en écriture publique et blanchiment’’.

Le Maire a été inculpé depuis mars dernier, avec certains de ses collaborateurs, pour sa gestion de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar.
Certains observateurs croient savoir qu’il a ‘’prêté le flanc’’, d’autres estiment qu’il ‘’peut en sortir s’il est bien défendu’’.
En tout cas, du côté des proches, la conviction la plus partagée est qu’il s’agit d’une ‘’cavale politique destinée à l’empêcher d’être candidat en 2019’’. Un de ses avocats, Me Ciré Clédor Ly, faisait remarquer lors de son inculpation qu’il s’agit d’un ‘’plan politique de liquidation visant à freiner ses ambitions politiques…ils sont parvenus à leurs fins. Pour des motivations politiques, ils essaient de le salir, de freiner ses ambitions politiques. On a commencé par éliminer son entourage. Tous les maires qui étaient avec lui ont été arrêtés…’’.

Du côté du pouvoir, les arguments avancés sont tout autre. La dernière à parler est la patronne de la case des Tout-petits, Marie Thérèse Diouf qui pense d’ailleurs que la mairie de Dakar doit être mise sous délégation spéciale.
Un argumentaire et tant d’autres qui prouvent qu’au-delà de l’aspect judiciaire, la dynamique politique du procès est une réalité qui fait qu’il sera très suivi aussi bien au niveau national qu’international.

Il est alors impérieux que le service public de la justice ne souffre d’aucune faille pouvant entacher la qualité du verdict.
Les droits de la défense doivent être respectés du fait de leur caractère sacré et les juges doivent trancher en toute indépendance.

Dans un contexte de lutte acharnée de la famille judiciaire pour s’affranchir de toutes les servitudes, ce procès est une occasion pour cette dernière d’affirmer sa détermination à dire le droit, rien que le droit.

Malheureusement, le droit et la politique font peu bon ménage. C’est pourquoi l’histoire récente du Sénégal a montré que les procès d’hommes politiques suscitent tellement de passions et de tensions que la sérénité des débats s’en trouve souvent entachée.

Si selon Me Ciré Clédor Ly, ‘’notre justice a été aveugle, sourde et très étourdie’’ au niveau de l’inculpation, nous pouvons affirmer que les juges assis ont la latitude nécessaire pour faire leur travail en toute indépendance.

L’opportunité des poursuites appartient au Parquet, mais il n’a pas le monopole de la vérité. Les avocats seront aussi écoutés comme les témoins et les éléments de preuve examinés.
Toutefois, il est important de se demander quelle stratégie de défense va adopter Khalifa Sall ? Va-t-il continuer à refuser de divulguer les noms des bénéficiaires de la caisse d’avance ?
Autant de questions et bien d’autres qui auront des réponses à partir d’aujourd’hui.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Démission du Président Zuma et élection de Ramaphoza Cette leçon qui nous vient de l’Afrique du Sud

Ce mercredi, un évènement rare s’est produit en Afrique du Sud : le Président Jacob …

Accords gaziers entre le Sénégal et la Mauritanie Macky répond à Idy sans polémique

Le Président Macky Sall a tenu à répliquer à Idrissa Seck qui lui demandait, dans …