Accueil / SOCIETE / Procès du Carlton : Dominique Strauss-Kahn relaxé

Procès du Carlton : Dominique Strauss-Kahn relaxé

L’ancien ministre français Dominique Strauss-Kahn a obtenu vendredi 12 juin la relaxe dans l’affaire dite du Carlton de Lille. L’ex-directeur général du Fonds monétaire international était poursuivi pour proxénétisme aggravé en bande organisée. Ce délibéré, conforme aux réquisitions du parquet, met un terme aux démêlés judiciaires de DSK. Judiciairement, il ne reste rien de l’affaire dite du Carlton de Lille. A l’exception notable de René Kojfer, petit intermédiaire de la prostitution, qui écope d’une peine d’un an de prison avec sursis, les 12 autres prévenus ont été relaxés des chefs de proxénétisme aggravé. A commencer par Dominique Strauss Kahn. Le tribunal indique qu’il n’a jamais su qu’il y avait des prostituées aux soirées de Washington, Paris et Bruxelles, car on le lui cachait. Et même s’il avait su, cela ne constitue pas un délit. On ne peut pas lui imputer non plus un rôle d’instigateur. Sauf, pointe le tribunal, si l’on fait une interprétation subjective des faits. La relaxe, c’est également le sort de « Dodo la Saumure ». Le propriétaire de « bars montants » en Belgique n’a jamais poussé ses filles à se prostituer au cours des fameuses soirées. Même issue pour les amis de DSK, les organisateurs des « parties fines ». Selon le tribunal en effet, faire appel à des prostituées n’est pas un délit et ils n’en ont tiré aucun profit Bertrand Lemaire, le président du tribunal, en relaxant presque tous les prévenus, a laminé l’instruction des juges. Une enquête « imprécise », « subjective », a-t-il lâché. Le magistrat avait prévenu : le tribunal correctionnel n’est pas le gardien de l’ordre moral, mais du droit, rien que du droit.

Source Rfi

Share This:

À voir aussi

RESTAURATION ET REHABILITATION DES MEDERSAS DE FES La Médina subit son lifting

Un pan du patrimoine historique de la ville de Fès, capitale spirituelle du royaume chérifien, …