Accueil / ACTUALITES / Procès faux médicament: Les pharmaciens non satisfaits du verdict

Procès faux médicament: Les pharmaciens non satisfaits du verdict

Suite au verdict rendu le 04 décembre dernier sur l’affaire des faux médicaments à Touba Belel, l’Ordre national des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés ont fait face à la presse. Ces professionnels relèvent des insuffisances dans l’enquête  préliminaire. Ils se disent non satisfaits du verdict condamnant les deux mis en cause à 7 et  5 ans et invitent les autorités à fermer  définitivement, et sans délai, tous les dépôts illégaux de Touba qui constitue la plaque tournante de ce trafic.

 Le verdict sur les deux mis en cause dans l’affaire Touba Belel, avec les deux camions interceptés par la Brigade de la Gendarmerie de Touba le 11 novembre 2017, est loin de satisfaire l’Ordre national des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés. En effet, deux camions ont été saisis avec une forte cargaison de médicaments falsifiés dont la valeur est estimée à 1 335 000 000 F Cfa. Face à la presse, ces professionnels du médicament juge légère la peine qui leur a été infligée. « L’ampleur de cette saisie et la gravité du trafic de faux médicaments sur la santé des populations ont poussé le Conseil national de l’Ordre des Pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés à se constituer partie civile dans cette affaire. Ce procès a été ouvert le 11 juillet 2018 et vidé le 04 décembre 2018 », rappellent-ils. A les en croire, les deux mis en cause ont été reconnus coupables et condamnées à 7 et 5 ans, avec la destruction des médicaments saisis.

La fermeture de tous les dépôts illégaux de Touba exigée

«Au regard de cette décision, l’Ordre des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés du Sénégal félicitent la gendarmerie nationale qui a opéré la saisie et les juges qui ont dit le droit dans toute sa rigueur et sans complaisance. Ils restent quand même vigilants par rapport à son exécution dans les délais prévus par la loi », martèlent ces professionnels qui indiquent que c’est une très bonne décision constituant un signal fort pour les trafiquants. Et de renchérir : « Toutefois, l’Ordre et le syndicat des pharmaciens exigent la fermeture définitivement, et sans délai, des dépôts illégaux de Touba qui constitue la plaque tournante de ce trafic du fait de l’impunité qui y règne. Il est aussi réclamé la fermeture des points de vente illicite de médicaments sur toute l’étendue du territoire sénégalais, la ratification sans délai de la convention Médicrime qui oblige les Etats signataires à ériger en infraction pénale la fabrication et le trafic de médicaments contrefaits ». Ils se disent inquiets par rapport à quelques lobbies ou groupes de pression qui ne doivent, en aucun cas freiner les institutions de la République et des autorités qui doivent protection aux populations sénégalaises. En ce sens, ils rappellent au Président de la République son engagement à ne plus tolérer que des médicaments frauduleux soient vendus dans ce pays. Ce qui, à leur avis, constitue une fraude mortifère qui tue des milliers d’individus.

Ngoya NDIAYE

 

À voir aussi

Opérations de sécurisation: 3.698 personnes interpellées pour…

Durant le mois d’avril 2019, la Direction de la Sécurité publique a procédé à de …

Fermeture des officines: Les pharmaciens revoient leur copie

Les pharmaciens qui avaient annoncé pour ce mercredi une journée de grève pour dénoncer la …