Accueil / ACTUALITES / J14- Procès Hissein Habré : « 12 Ajaraïs ont été exécutées nuitamment au pied de la montagne » (Témoin)

J14- Procès Hissein Habré : « 12 Ajaraïs ont été exécutées nuitamment au pied de la montagne » (Témoin)

Le procès de l’ancien chef d’Etat tchadien, Hissein Habré a repris ce matin, après sa suspension mercredi dernier. Le témoin des victimes Ajaraïs, Amath Maki Outman, a été à la barre. Il est revenu longuement sur la répression des Ajaraïs sous le règne de Habré.

Le défilé des témoins se poursuit à la barre des chambres africaines extraordinaires. Amath Maki Outman, témoin des victimes Ajaraïs a ouvert le bal, ce matin, lors de la reprise. Il est revenu sur la répression que son ethnie aurait subie sous le règne de Hissein Habré. Ces événements se sont déroulés en deux jours. Pendant cette période, des Ajaraïs étaient visés. Ils ont été arrêtés et exécutés. Il s’agit de missionnaires, des militaires, entre autres, personnes.

A l’en croire, 12 Ajaraïs ont été exécutées nuitamment au pied de la montagne. Ces dernières ont été enterrées tôt le matin avant que le soleil ne se lève. « C’est un paysan qui rentrait d’un marché hebdomadaire qui nous a informés de l’existence de ces corps », a indiqué le témoin.

S’agissant des formes de torture, il a, par ailleurs, soutenu que des personnes libérées leur ont expliqué la manière dont les détenus ont été torturés. Les principales victimes… Selon toujours le témoin, l’officier Al Amine a été incarcéré et exécuté alors qu’il se préparait, tôt le matin, à aller au camp militaire. Le Préfet de Mongo, Daour Kinéfour, un lieutenant, le commandant de la DDS, tous des Ajaraïs ont été incarcérés et exécutés. « On a visé cette ethnie à travers ses frères qui étaient des décideurs. Tous ceux qui ont contribué à l’arrestation de ces derniers étaient des Ajaraïs. Mais, ce n’est pas toutes les Ajaraïs qui étaient recherchées et arrêtées », a dit le témoin à la barre. Avant de poursuivre : « Saleh Ngaba, journaliste a été embarqué et amené à Njaména. Assane Diamouss était à bord de ce vol. Etant com chef, il était connu de tous. Il avait avec lui une petite panthère et un com chef ne passe jamais inaperçu ».

Toutefois, Amath Maki Outman dit être un jeune au moment où les faits se déroulaient. « Ces événements ont pour cause une rébellion conduite par un frère du nom de Maldoume Bada. Cependant, mon âge ne me permet pas de vous dire combien de temps a duré la répression de cette ethnie. Mais, j’ai été arrêté et détenu pendant 11 jours. Lors de ma détention je n’ai pas été auditionné par un gendarme ni devant un tribunal », a-t-il encore déclaré.

A la fin de sa déposition, le témoin a soulevé sa veste pour montrer des dommages corporels qu’il aurait eus suite à des tortures. Mais selon Me Mounir Balal, un des avocats commis d’office, il s’agit de « scarification naturelle ». Le témoin a tout de même fini sa déposition et l’audience a été suspendue.

Cheikh Moussa SARR

Share This:

À voir aussi

Présidentielle : ce que disent les derniers sondages

M6info- C’est la dernière ligne droite avant le premier tour de la présidentielle, prévu dimanche …