Accueil / ACTUALITES / Procès Imam Ndao : La difficile gestation de l’équation terroriste

Procès Imam Ndao : La difficile gestation de l’équation terroriste

Le verdict du procès très médiatisé de l’Imam Alioune Ndao montre, à loisir, à quel point la gestion de l’équation terroriste est très délicate.

L’Imam a été arrêté d’une façon spectaculaire, la nuit, devant épouses, enfants et talibés, et présenté à l’opinion comme quelqu’un qui fait l’apologie du terrorisme.

Pourtant, sur les chefs d’inculpation liés au terrorisme, le juge a estimé qu’il n’est en rien coupable. Ou que l’Accusation a été incapable de prouver ce qui lui était réellement reproché en établissant le lien d’imputabilité entre lui et les faits allégués.

Cela n’est pas exceptionnel en matière de Justice. Il arrive, souvent, que la religion du juge ne soit pas faite dans une affaire. Alors, il relaxe au bénéficie du doute. Ce qui, au demeurant, ne signifie nullement que le prévenu ou l’accusé n’avait rien fait.

Mais, si l’on s’en tient au verdict portant notamment sur la détention illégale d’arme, on peut dire que le tribunal a donné raison à Imam Ndao qui a toujours clamé son innocence.

Comme quoi, les enquêteurs qui travaillent sur ces genres de dossiers où l’on parle de terrorisme, sont partagés entre deux exigences contradictoires : Maximum de vigilance pour ne pas laisser libres de supposés terroristes et maximum de prudence pour ne pas arrêter des innocents.

Si en effet, toutes les mesures ne sont pas prises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour asseoir les conditions d’une très bonne efficacité, le Sénégal risque de subir des attaques. C’est pour cela qu’au niveau des autorités, le maximum de précautions a été pris, à tous les niveaux : Réformes des services de sécurité et de défense, dotations en armements de pointe, adaptation de la législation, etc.

Il est important, à ce propos, que les populations et les autorités à tous les niveaux collaborent avec ces services pour une meilleure efficacité de la lutte ainsi enclenchée.

Aucune défaillance ne sera tolérée étant entendu que le Sénégal a pris conscience des risques ainsi encourus.

Toutefois, ce qui est arrivé à l’Imam Alioune Ndao est regrettable. Etre trainé dans la boue pendant au moins 3 ans, avec toutes les privations encourues et l’humiliation, n’est pas acceptable.

Sans apprendre à quiconque son métier, l’expression ‘’faisceau d’indices graves et concordants’’ doit avoir son sens quand il s’agit de porter atteinte à la liberté et à la respectabilité d’un citoyen en le mettant en prison.

Si les preuves sont légères, la surveillance doit continuer ainsi que les recherches. Nous ne disons pas qu’il est innocent parce que nous n’en savons rien, mais nous disons que l’Accusation a eu tort de l’avoir jeté en prison sans avoir des preuves irréfutables.

En conséquence, il faudra, à l’avenir, être prudent dans le maniement de ce délit de ‘’apologie du terrorisme’’. Soit on est terroriste, soit on ne l’est pas. Et si on l’est, il y a l’intention criminelle et le commencement d’exécution, ne serait-ce que par des paroles, des réunions qui doivent être incriminées et non une soi-disant apologie.

Un Imam peut prôner le djihad tout en donnant, à ce mot, une signification qui n’a rien à voir avec l’usage de la violence contre des gens. Les prêches de certains d’entre eux peuvent facilement être interprétés dans ce sens.

En conséquence, il faut éviter de céder à la paranoïa observée ailleurs, notamment en Occident. Tous les Musulmans ne sont pas de terroristes et tous les Imams qui condamnent l’Occident pour des raisons liées à la cause palestinienne ne sont pas des suspects.

Il est heureux que le juge ait fait la part des choses. Les argumentaires non convaincants ne sont pas dignes d’être retenus, surtout lorsque c’est la liberté des gens qui est en jeu.

Guantanamo a été un échec cuisant pour l’administration américaine de l’époque, convaincue que c’est dans l’isolement et la rigueur de la détention de certains suspects que la sécurité des citoyens sera la mieux assurée. Eh bien, il n’en est rien.

Assane Samb

À voir aussi

Baisse tarifs péage: Les taximen s’en mêlent

Après le Collectif citoyen des usagers de l’autoroute à péage (CCUAP), c’est autour du  syndicat …

La vérité sur les arriérés de loyer d’Alassane Ndour

L’ancien international Alassane Ndour « n’est mêlé ni de près ni de loin » à l’affaire d’arriérés …