Accueil / ACTUALITES / Procés Khalifa Sall et Cie- L’Ordre des avocats confirme l’exclusion de Me El Hadji Diouf

Procés Khalifa Sall et Cie- L’Ordre des avocats confirme l’exclusion de Me El Hadji Diouf

Au lendemain de son interdiction à prendre part au procès de Khalifa Sall pour avoir violé la loi en tant que partie civile, Me El Hadji Diouf avait contesté cette décision. Pourtant, face à la presse, hier, l’ordre des avocats a confirmé l’exclusion de la robe noire.

C’est aujourd’hui que le tribunal va se prononcer sur les exceptions de nullité de la procédure, soulevées par les avocats de la défense. Auparavant, l’ordre des avocats a fait face à la presse, hier, pour se prononcer sur le cas Me El Hadji Diouf. « Nous avons lu que le tribunal avait décidé de la sortie de Me El Hadji de ce procès. Nous voulons rétablir la vérité par rapport à cela en rappelant que la question de la constitution d’un avocat dans un dossier quelconque ne relève pas d’un tribunal. S’il y a un contentieux sur cette question, c’est l’arbitrage du bâtonnier qui est sollicité. Et, c’était le cas en l’espèce. El Hadji Diouf s’était déjà constitué pour Khalifa Sall. Le bâtonnier, saisi de cette question, avait estimé qu’il ne pouvait pas, en se référant sur les règles qui gouvernent notre profession, et lui avait demandé de se retirer », a déclaré Me Ibrahima Ndiéguène, secrétaire général de l’ordre des avocats. Par la suite, rappelle-t-il, le conseil municipal de la mairie de Dakar a pris une délibération pour demander à un représentant de la mairie de se constituer partie civile et, à cette fin, de se constituer partie civile. « El Hadji Diouf a été constitué cette fois par la mairie de Dakar en tant que partie civile. Et, le tribunal, respectant ce principe que la constitution d’un avocat ne peut pas être refusée, a accepté cette constitution de Me El Hadji Diouf.

A la suite de cette constitution et des développements des plaidoiries sur les exceptions, nous avons assisté qu’après la plaidoirie de Me Diouf, le président avait relevé qu’il venait de plaider non pas en tant partie civile, mais comme avocat de la défense. Et c’est sur ça que cette seconde partie a été clôturée en quittant la salle, le président a dit que Me Diouf, parce qu’il avait violé l’interdiction qui lui était faite par le bâtonnier, ne pouvait pas continuer dans ce procès », a dit la robe noire. A l’en croire, le bâtonnier a été saisi à nouveau sur cette question. Après avoir discuté avec l’ensemble des acteurs dans ce procès, l’ordre a souverainement décidé, en application de leurs règles, que Me El Hadji Diouf ne pouvait plus continuer comme avocat ni d’une partie civile ni d’un prévenu dans cette affaire. « C’est une question de déontologie et le conseil a l’obligation de veiller à cela parce que le respect de nos règles, c’est d’abord la protection de l’avocat. Or, lorsque la loi a prévu des dispositions comme celle interdisant à un avocat de se constituer dans une situation donnée, il appartient au conseil de l’ordre et en premier lieu au bâtonnier de veiller à ce que la loi soit respectée. Notre mission principale, c’est de faire appliquer les lois. Donc, nous ne pouvons pas nous permettre de violer la loi ou de cautionner la violation des lois », a-t-il aussi dit.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Election au Mali: Macky a félicité IBK

Le Président Macky Sall a appelé, hier, son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, pour le …

Un neveu du Président Senghor arrêté aux Etats-Unis

Marco Senghor,  neveu du président Léopold Sédar Senghor a été arrêté la semaine dernière par …