Accueil / POLITIQUE / Processus électoral à Dakar et fraudes planifiées- Mankoo Taxawu  Sénégal alerte l’opinion et menace 

Processus électoral à Dakar et fraudes planifiées- Mankoo Taxawu  Sénégal alerte l’opinion et menace 

La coordination électorale du département de Dakar  de  la  coalition Mankoo Taxawu  Sénégal a organisé  hier à Dakar  une conférence de présence pour  dénoncer les tentatives  de fraudes  planifiées par  le Président de la République.

« La coalition Mankoo Taxawu Sénégal  tient  à alerter  l’opinion  nationale et internationale qu’elle  n’entend  céder  aucune  parcelle  de terrain à la fraude électorale planifiée  et  orchestrée  par le pouvoir  de Macky Sall . La riposte  sera à  la hauteur de l’affront  fait  à notre démocratie  et au  peuple  sénégalais ».  Ces propos  sont  de Cheikh Gueye,  porte-parole de la coordination électorale du département de Dakar de la coalition Mankoo Taxawu Sénégal. Il animait une conférence de presse  hier à Dakar.  A l’en croire , Mankoo  prévient  que toute  personne  prise, le jour  des élections,  en  flagrant délit  de fraude, sera  responsable  des  conséquences  qui  découleront  de son acte. Aucun  effort, aucun  sacrifice  de sera  de trop  pour  contraindre  Macky Sall  et son régime d’organiser des  élections sincères, libres  et transparentes. « Nous tenons solennellement à avertir les  commanditaires, les fraudeurs  et leurs  complices  que rien  ne sera de trop pour faire  échec à leur projet et pour leur barrer la route  dans  les communes où ils ne sont pas électeurs », a menacé  M. Gueye.  A cette occasion,  les membres de la  coalition  invitent  l’administration  à ne  pas  se  rendre complice des forfaits du parti au pouvoir qui,  quelle que soit  la forme, sont  voués  à l’échec .

Les forces de défense  et de sécurité  appelées à servir la République

Dans cet  ordre  d’idées, la coalition Mankoo Taxawu  Sénégal  rappelle  aux forces de sécurité que le devoir de servir les institutions n’est nullement synonyme de complicité à couvrir des fraudes et à protéger  des fraudeurs. Toutefois, elle exhorte les forces  nationales de défense  et de sécurité  à choisir la République  scellée  par les  valeurs  de la démocratie et leur rappelle leur devoir de loyauté au peuple  sénégalais  et de  protection des citoyens. Ainsi, dira  M. Gueye : « La lutte contre la fraude électorale est la mère des batailles. Nous   appelons  tous  les  citoyens, démocrates et patriotes, à dénoncer, signaler, relayer  et amplifier tous les cas de fraudes constatés ». Et de poursuivre : « La coalition  Mankoo Taxawu Sénégal appelle à la mobilisation  et à la vigilance pour  garantir  la sécurisation  du vote et  la  sincérité  des résultats  qui en seront  issus . C’est  ainsi  seulement  quel les députés  élus  bénéficieront  de la  légitimité  nécessaire pour  représenter  le peuple sénégalais ».

Des individus parachutés à Dakar  pour voter

 D’après le porte-parole, il leur a été donné de constater que des individus sont acheminés  et parqués à divers endroits de Dakar, dans l’attente  d’être  déployés. L’objectif inavoué  du régime  en place  est de  leur  faire passer  la nuit  du samedi  29 au  dimanche  30 juillet  dans  les  différents centres  de vote  de la capitale  et de  les faire  voter  très tôt  le jour du scrutin. Avançant dans ces  propos, ce dernier soutient qu’ils ont des documents  en leur  possession  révélant  que le pouvoir  a préfabriqué  des résultats  prêts  à être publiés, pour faire croire  que sa liste a gagné les élections  législatives à Dakar, Pikine,  Guédiawaye et Thiès, malgré le rejet quasi unanime dont  le régime fait  l’objet dans ces villes. Ainsi  le porte-parole  rappelle  que la propension  de Macky Sall  à la fraude  l’incline  à imaginer  des subterfuges  et à  multiplier  les tricheries  pour  couvrir  une victoire  usurpée . C’était  le cas  avec  l’adoption  par l’Assemblée nationale  de la loi  portant   modification  de l’article  78  du code électoral  et autorisant  l’électeur  à choisir  5  bulletins  de vote  sur  les 47 .  «  C’est le cas  aujourd’hui  avec  l’avis  du Conseil  constitutionnel  qui autorise  les électeurs  n’ayant pas  pu  retirer  leur carte d’électeur  à  voter  avec une carte  d’identité  nationale  numérisée, une  carte  d’électeur, un passeport  ou un certificat  d’immatriculation  pour  les  primo-inscrits non détenteurs d’un des quatre premiers documents administratifs », a déploré-t-il. Selon lui, cet avis constitue une violation  grave  et manifeste  du code  électoral  puisque  comme  il a été  dit et  répété, le Conseil constitutionnel  n’est pas  fondé  à se  substituer au législateur pour modifier une loi adoptée par  l’Assemblée nationale  et promulguée  par  le Président  la République. Et puis, ce n’est  qu’un avis  qui  n’exonère  pas  le Président  la République  de l’obligation  de saisir l’Assemblée nationale pour  modifier  les articles   L53 et L78.

30% des  cartes  distribuées aux électeurs  de Dakar

Contrairement  aux  déclarations  du Ministre de l’Intérieur  et de la Sécurité publique,  « ce ne sont pas 50% des  cartes qui ont  été  distribués, mais seulement  30% qui  ont  été  remis  aux électeurs  de Dakar », a-t-il  réfuté. Selon   les  membres de la coalition  Mankoo  Taxawu Sénégal, cette rétention des cartes  des électeurs  de Dakar,  planifiée au plus haut niveau de l’Etat, vise  en particulier  les électeurs  de certaines communes  défavorables  au pouvoir  pour  les  empêcher  d’exercer librement  leur droit  le jour  du scrutin. « Pire sur les  800.000 cartes  non éditées à ce jour ,  plus des deux  tiers  concernent  des  électeurs  inscrits  à Dakar  que le pouvoir  a délibérément  exclus  du scrutin  parce que  qu’étant  assuré  qu’ils  voteront  pour notre  coalition », ont-ils conclu.

Zachari BADJI

À voir aussi

Ce que Khalifa retient de Tanor

De Rebeuss où il est prison,  Khalifa Sall a adresse un message poignant en hommage …

Décès Tanor: Idy et Gakou chez Khalifa Sall

Plusieurs personnalités politiques dont Idrissa Seck et Malick Gakou ont rendu visite à Khalifa Sall …

Un commentaire

  1. Ces accusations sont difficilement vérifiables mais le comportement de Macky vis à vis de la transhumance incline à penser qu’il a choisi d’user de tous les subterfuges pour gagner les élections, surtout à Dakar. Voilà comment naissent les dictatures, vouloir gagner par tous les moyens ! Mais attention, les sénégalais sont devenus plus mâtures. Ils ont tendance à sanctionner certains comportements. Demandez à Abdou Diouf et à Wade.

    Codda Néné