21 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » PRODUCTION ANNUELLE DE CIGARETTES DES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST Le Sénégal et le Nigeria, les plus grands producteurs
PRODUCTION ANNUELLE DE CIGARETTES DES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST Le Sénégal et le Nigeria, les plus grands producteurs

PRODUCTION ANNUELLE DE CIGARETTES DES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST Le Sénégal et le Nigeria, les plus grands producteurs

Selon le document de synthèse du Consortium pour la Recherche Économique et Sociale (Cres), lors de l’atelier du projet régional de Recherche-Action, la moitié de la production de cigarettes de l’Afrique provient du Nigéria mais, le Sénégal fait également figure de grand producteur de cigarettes dans la sous-région. Pourtant, l’industrie du tabac n’est pas un facteur créateur d’emplois.
Le Nigéria et le Sénégal perçoivent des devises dans l’industrie du tabac, à l’instar des autres pays de la région. Aussi, la mise en œuvre des politiques anti-tabac strictes pourrait-elle aider ces pays à améliorer leur balance commerciale globale. En outre, il convient déjà de relever que malgré la situation favorable de quelques pays pris individuellement, par rapport au commerce international des produits du tabac, les pays de la sous-région pris collectivement sont systématiquement perdants dans ce commerce. Toutefois, la situation des pays exportateurs nets des produits du tabac (Nigéria et Sénégal principalement) demeure un défi pour la lutte anti-tabac dans la sous-région. Car, il pourrait y avoir une certaine inquiétude, de la part des dirigeants de ces pays, notamment, de voir leur balance commerciale globale se détériorer, sous l’effet d’un déclin de l’industrie du tabac. L’industrie du tabac pourrait, tout aussi, exhiber cet argument pour contrer la lutte anti-tabac.

Un autre argument récurrent, pour contrer les politiques anti-tabac, consiste à alléguer que la contribution de l’industrie du tabac au produit intérieur brut (PIB), à l’emploi et aux revenus serait perdue, advenant un ralentissement de la consommation des produits du tabac. Or, il s’avère que dans la plupart des pays de la sous-région, cette contribution est relativement faible, sinon en déclin.

L’emploi direct, au niveau des principales entreprises de l’industrie, a suivi la même tendance baissière, en lien avec le niveau d’activité, passant de 319 employés en 2008 à 115 en 2010. Corrélativement, la masse salariale versée par l’industrie du tabac est passée d’environ 3,6 millions de dollars en 2008, à 1,7 millions de dollars en 2011. Dans tous les cas, l’industrie du tabac ne représente pas un déterminant important du volume d’emploi salarié dans le pays. En comparaison, l’industrie des technologies de l’information et de la communication (Tic), par exemple, a créé près de 1976 emplois directs en 2009, soit près de 17 fois la création d’emplois directs dans l’industrie du tabac.

Au Sénégal, la contribution des entreprises de fabrication des produits du tabac au Pib s’établit à 0,19 % en 2010, en hausse par rapport au niveau de 2006 qui était de 0,11%. Malgré cette croissance, et alors que le pays est l’un des deux plus grands producteurs de tabac dans la sous-région, la branche « fabrication de produits à base de tabac » reste une des branches d’activité qui contribue le moins au Pib.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN