PRODUCTION D’ELECTRICITE-SENELEC VEND 20 MEGAWATTS AU MALI

Le directeur général de la SENELEC, Mouhamadou Makhtar Cissé, et son homologue malien, Dramane Coulibaly, directeur général de EDM, ont ratifié hier lundi, à Dakar, une Convention de cession de 20 mégawatts (MW) d’excédent de la production de la SENELEC. «Une philosophie en perspective de l’exploitation d’importants gisements de pétrole et de gaz découverts au Sénégal», a dit le patron de la SENELEC.

Déficitaire en production électrique jusqu’en 2014, à présent la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC) emmagasine un excédent de 100 mégawatts (MW). Ce qui lui donne le droit d’en revendre à Energie du Mali (EDM). Hier, lundi 9 janvier 2016 à Dakar, Mouhamadou Makhtar Cissé, directeur général de la SENELEC et son homologue malien, Dramane Coulibaly, directeur général de EDM ont avalisés la Convention de session de 20 mégawatts à EDM.

S’expliquant sur le sujet, Mouhamadou Makhtar Cissé dira: «nous sommes très heureux de devoir vendre notre excédent énergétique à un pays ami et frère, non pas seulement pour l’aspect commercial, mais plutôt l’acte de coopération en perspective de la découverte d’importants gisements de pétrole et de gaz au Sénégal. Au moment où je vous parle (hier, ndlr) on me rapporte un excédent de 100 mégawatts. Si une opportunité s’offre à moi, je cède 40 autres mégawatts. Ceci nous donne des gains qui nous permettront de faire d’importants investissements auxquels nous faisons face, notamment le réseau de distribution, très défaillant» a-t-il expliqué.

Evoquant le problème de l’électricité au niveau national, il rassure en ces mots: «nous sommes entrain de travaille pour le maillage du réseau électrique. Car c’est notre réel problème. Le réseau est défaillant parce que n’ayant pas été entretenu et la demande surcroit d’année en année. Et c’est tout le calvaire des populations. Mais, en réalité, nous n’avons pas un déficit de production électrique, mais un problème de redistribution électrique car nos lignes de distribution sont défaillantes. Actuellement, la priorité de notre plan d’action, c’est la construction d’un bon réseau de distribution sur le territoire national notamment sur l’axe allant du Centre au Sud, en passant par Kaolack, Tambacounda, Kolda et Ziguinchor. Toutefois, ces travaux peuvent prendre 24 mois d’exécution. Ainsi donc, nous arriverons à connecter les villages au réseau électrique national. C’est dire que nous connaissons les problèmes et nous y travaillons au quotidien», tient-il à préciser.

Son homologue malien, Dramane Coulibaly a exprimé toute sa satisfaction: «Nous sommes très heureux de traduire cette Convention de cession en acte qui va au-delà du dynamisme entre les deux peuples, renforce l’espace économique. En réalité, face à deux événements majeurs qui profilent à l’horizon, à savoir le sommet Afrique-France à Bamako et la Coupe d’Afrique des nations (Can), nous sommes tenus de répondre présent. Aujourd’hui, le Sénégal qui a une surproduction, pays frontalier et frère, est enclin à fournir au Mali de l’énergie grâce à l’interconnexion du réseau à travers le barrage de Manantali qui unit le Sénégal, le Mali et la Mauritanie. Nous espérons pouvoir en racheter encore», a-t-il déclaré.

Sus quotidien

Voir aussi

PROJET DE CONSTRUCTION DU TER  Macky « accélère » ses ministres 

Le président de la république, Macky Sall, ne semble pas reculer sur son projet de …

One comment

  1. Bonjour,
    J’ai lu l’article qui est fort intéressant.
    J’espère que la SENEGEL fera tout pour que le peuple sénégalais ne subit plus les coupures d’électricité.

    Par ailleurs, je considère que si la SENELEC est capable d’avoir un excédent en électricité elle doit être capable des faire des investissement rapidement pour résoudre la vétusté de nos installations pour une bonne fourniture à l’ensemble des foyers sénégalais.
    Car notre développement est tributaire à tous ces enjeux.
    Nos entreprises doivent pouvoir produire en continue sans avoir à se soucié des problèmes électriques.
    De même nos hôpitaux doivent soigner les malades sans coupure d’électricité.
    Et finalement, il va falloir des associations puissantes pour défendre les intérêts de la population sur tous les dysfonctionnements de nos entreprises nationales.
    Bonne journée à tous.

    DIEYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *