Accueil / ECONOMIE / PRODUCTION ÉNERGETIQUE- L’Omvg casque plus 571 milliards F Cfa

PRODUCTION ÉNERGETIQUE- L’Omvg casque plus 571 milliards F Cfa

 Le Conseil des ministres de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie a tenu sa 8ème session extraordinaire, ce samedi, à Dakar, pour surmonter les obstacles  de la réalisation des projets énergétiques communs aux pays appartenant à l’Omvg.

L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) créée depuis 40 tarde à concrétiser ses projets. Le ministre sénégalais de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye,  l’a souligné lors de la 8ème session extraordinaire du Conseil des ministres de la sous-région qui s’est tenu, samedi, à Dakar. Mais tout ceci n’est qu’un vieux souvenir. Car, selon Mansour Faye, l’Organisation a mis en œuvre  un projet énergétique  dont le coût des travaux est estimé à 879 millions d’euros (soit environ plus  571 milliards de francs Cfa). « Le financement est déjà bouclé. Il reste tout simplement à mettre un cadre pour l’accompagnement dudit projet », a-t-il rassuré. À signaler que ce projet « important » et «structurant» est composé du barrage de Sambangalou et du réseau d’interconnexion électrique d’une longueur de 1 670 kilomètres.  En termes plus clairs, ce projet d’interconnexion électrique vise la construction de lignes Haute tension (Ht) de 225 KV (kilovolts) pour le transport de l’électricité des barrages hydroélectriques de Sambangalou à Kédougou et Kaléta en Guinée aux foyers de consommation des pays membres.

En réalité, ce réseau va relier les États membres et d’autres pays, tels que la Côte d’Ivoire, le Mali, le Ghana et la Mauritanie. Il permettra aussi d’ouvrir des perspectives d’importation de l’énergie électrique dans la sous-région. Face à ses homologues de la Guinée, de la Guinée-Bissau et de la Gambie, le ministre de l’Hydraulique a soutenu, par ailleurs, que le défi qu’il importe, aujourd’hui, de relever, consiste à prendre les décisions adéquates pour créer les conditions d’une réalisation rapide de l’aménagement hydroélectrique de Sambangalou et du réseau d’interconnexion des pays membres, mais également redynamiser davantage l’organisation.  Il s’agit également de s’assurer de la viabilité de l’organisation en relevant le défi de la mise à disposition des ressources financières nécessaires au bon fonctionnement de la structure. À son avis, les opportunités s’offrent à nous pour réaliser le programme. « Il nous reste à proposer les mesures d’amélioration de la gouvernance de notre organisation nécessaires pour la mise en œuvre des travaux sur le terrain », a-t-il souligné.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

INSTRUMENT DE SOUTIEN AUX POLITIQUES- Le Fmi étend son arrangement pour le Sénégal

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) vient d’achever le quatrième examen de la …