Accueil / ECONOMIE / Produits de consommation courante : Une baisse des denrées est ‘inacceptable’, selon un industriel

Produits de consommation courante : Une baisse des denrées est ‘inacceptable’, selon un industriel

Les revendications des travailleurs et des organisations consuméristes en faveur d’une baisse des denrées de consommation courante relèvent d’une logique ‘inacceptable’ en raison du contexte actuel du marché mondial, a affirmé, lundi dernier, à Dakar, l’industriel Donald Baron. ‘Envisager une baisse des denrées dans le contexte actuel, cela paraît inacceptable. Nous recommandons la prudence quant à une baisse des produits de première nécessité’, a commenté M. Baron, responsable d’une industrie affiliée au Conseil national du patronat (Cnp).

Source : walfadjri
La satisfaction de la baisse des produits de première nécessité, souhaitée par des travailleurs, ne peut être envisagée en dehors de ‘l’inflation mondiale effrénée’ des matières premières, a expliqué M. Baron qui participait à un point de presse du Cnp.

Il propose aux consommateurs et aux industriels du secteur privé notamment de ‘développer une production immense intérieure’ des produits de consommation courante dont le riz et le lait.

Il a invité le Cnp à ‘tenir compte d’un consensus général pour ne pas entraîner des conséquences incalculables pour certaines entreprises’, avant de décider de l’augmentation des salaires souhaitée par les travailleurs.

Le Cnp, selon son vice-président Racine Sy, a mis sur pied des commissions travaillant à ‘l’étude de faisabilité’ de l’augmentation des salaires, de la baisse des denrées de consommation courante, parmi d’autres questions sociales. L’organisation patronale dit travailler aussi à l’amélioration de la fiscalité des salaires, à la baisse du coût des loyers commerciaux et à usage d’habitation et à un filet de protection sociale des travailleurs journaliers. Ce plan de sécurité conçu pour les travailleurs journaliers ‘reste à être validé’ prochainement par ‘les différentes parties’ à savoir les syndicats de travailleurs et le Cnp, a indiqué le président de la commission de cette organisation, Charles Faye. ‘Nous ne voulons pas de la précarisation des ressources humaines’, a-t-il dit pour justifier l’adoption de cette mesure.


À voir aussi

Denrées alimentaires: Les importations atteindront 110 milliards de dollars en 2025

La  création de zones de transformation des cultures de base vont permettre aux pays africains de …

Les cours flirtent avec les 80 dollars le baril

Les cours du pétrole ont terminé en légère baisse lundi, rattrapés en cours de séance …