Accueil / ECONOMIE / Produits sénégalais vers l’Europe : Aller au-delà des 30% des exportations actuels

Produits sénégalais vers l’Europe : Aller au-delà des 30% des exportations actuels

Les consultants en exportations du Sénégal subissent la deuxième phase de leur formation, qui va durer quatre semaines. Au-delà des outils qui seront mis à leur disposition, par les experts hollandais, il s’agira dans le long terme d’élargir les bases d’exportations du marché sénégalais vers l’union Européenne.

«L’espace européen reste la principale destination de nos exportations et la France est notre principal pays client. Les exportations dans cet espace se portent relativement bien», a expliqué hier, la directrice de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex), Mme Maïmouna Savané. C’était en marge du séminaire de renforcement de capacités sénégalaises en exportation vers l’Union européenne, pour les consultants. «Nous exportons essentiellement des produits de la mer. Des produits horticoles également commencent à avoir une position intéressante et il y a des possibilités de diversifier la gamme de produits que nous exportons, mais également de diversifier aussi au fond de l’espace de la destination. Au-delà de la France, il y a d’autres pays vers lesquels nous pouvons améliorer notre position commerciale», projette Mme Savané, qui soutient que dans l’espace européen, «nous sommes actuellement à un peu plus de 30% de la valeur des exportations actuelles au Sénégal. Il y a une bonne marge de progrès et je suis sûre que l’impact que nous avons à long terme ce sont des instruments que l’on met en place aujourd’hui. Mais, on les gère pour permettre d’améliorer ces productions globales, mais aussi de diversifier la structure de nos exportations vers ces marché».

Le Sénégal a été choisi pour abriter le séminaire de formation des consultants en exportations parce que les participants ont réussi à obtenir leur certificat du Centre de commerce international (Cci). Ils sont maintenant spécialisés en matière de diagnostic des entreprises. Ce programme va apporter une connaissance afin d’analyser des débouchés européens, avec une méthode pratique pour réaliser des plans de marketing d’équipements.

Le Sénégal a été choisi aussi, «parce qu’il a une grande expérience d’exportation vers la France. Il a déjà l’expérience de faire le commerce en Europe et un esprit commercial fort. Et nous croyons que les entreprises sénégalaises peuvent réussir à pénétrer quelques segments de nos marchés de consommateurs», a confirmé M. Klass de Boer, expert de l’Union européenne en exportation et marketing management.

L’Afrique est à moins de 2% du commerce international. «Au niveau de l’Afrique de l’Ouest, les résultats ont augmenté d’exportation vers l’Europe et surtout le Sénégal. Avec le projet d’irrigation du Delta, la productivité va augmenter et peut donner aux pays européens une assurance de livraison. Et dans cinq ans on peut avoir énormément d’exportations», pense savoir M. Klass de Boer.

L’Asepex, en partenariat avec le centre pour la promotion des exportations (Cbi) en provenance des pays en développement, a initié ce programme de formation pour générer une capacité nationale de haut niveau. Cela permettra d’aider les entreprises exportatrices dans leur effort de pénétration des marchés internationaux et en particulier une meilleure compréhension des dynamiques du marché européen. Ceci pour améliorer leur production commerciale dans cet espace qui est un vaste marché où elles peuvent améliorer de manière substantielle la production à l’exportation.

Le séminaire qui doit durer toute la semaine, a pour objectif principal d’améliorer les capacités de conseil et de formation des consultants sénégalais dans le domaine de l’exportation. Il vise à fournir aux consultants des outils d’analyse des marchés de commercialisation, afin de mener des programmes de conseils aux entreprises d’exportations, pour renforcer la professionnalisation du métier d’exportations parce que les marchés internationaux sont très exigeants en termes d’accès, parce que également les donneurs d’ordre, les acheteurs internationaux ont une exigence de fiabilité par rapport à leurs fournisseurs. Ce programme forme des consultants et la sélection de ces consultants a fait l’objet d’un processus dévaluation.


À voir aussi

Hausse des salaires: La mesure effective à partir du 1er juin 2019

 Une bonne nouvelle pour les fonctionnaires. Le point d’indice des agents de la Fonction publique …

L’Armp bloque l’Omvs

L’Armp a suspendu la procédure d’attribution du marché relatif à la construction et la mise …