ACTUALITE

PROFESSEUR MALICK NDIAYE SUR LE RÉFÉRENDUM- « La promulgation de la nouvelle Constitution va entraîner la fracture citoyenne »

  • Date: 24 mars 2016

 

 Les membres du Front des citoyens pour la refondation de la République (FC2R) ont animé, hier, à Dakar, une conférence de presse. Lors de ce face-à-face avec les journalistes, ils indiquent que le référendum est illégitime avant d’exiger la démission du ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, et celui de la Justice, Me Sidiki Kaba.

En marge d’un point de presse tenu, hier, à Dakar, les membres du Front des citoyens pour la refondation de la République (FC2R) ont demandé au président de la République d’organiser une concertation nationale avant la promulgation de la nouvelle Constitution. Selon Maïmouna Bousso du « Mouvement xalass », ce référendum est tout simplement illégitime. Elle déclare : « C’est vraiment illégitime qu’une petite minorité qui ne représente pas la jeunesse de ce pays puisse voter pour tout un peuple que l’on connait assez jeune. Donc, nous demandons aux autorités d’en faire la lecture adéquate, de comprendre que cette révision de la Constitution est faite pour les générations futures ». Face à la presse, hier, Maїmouna Bousso a exigé la démission du ministre de l’Intérieur. À l’en croire, Abdoulaye Daouda Diallo a montré ses limites lors de ce référendum du 20 mars dernier. « Le ministre de l’Intérieur a organisé l’élection la plus floue et la plus opaque de l’histoire du pays. Ce n’est pas parce que nous sommes contre lui que nous le disons, nous le disons parce que nous voulons l’équilibre du pays », déclare la présidente du « Mouvement xalass » selon qui, Abdoulaye Daouda Diallo a été impartial.

Poursuivant, elle prévient que tant que ce ministre de l’Intérieur est là, il n’y aura jamais d’élection sereine dans ce pays. C’est la raison pour laquelle, ils envisagent de faire des démarches pour le destituer. Elle soutient, face à la presse, qu’ils ne veulent pas d’un ministre de l’Intérieur qui crée l’instabilité dans ce pays. « Nous n’avons pas envie  de voir notre pays s’installer dans cette instabilité. Le pouvoir ne vaut pas la peine de vraiment déstabiliser ce pays qui est un pays stable. Je l’ai entendu dire que le Fouta a dit Oui, Touba Non (…) Nous n’avons pas besoin de cela parce que nous sommes tous des Sénégalais », renchérit-elle.

Pour sa part, le Professeur Malick Ndiaye a révélé que cette nouvelle Constitution est un échec lamentable. Et, sa promulgation va entrainer la fracture citoyenne. Il indique, par ailleurs, que le peuple sénégalais attendait de Macky Sall et de son  Gouvernement une rupture, en vain. Parlant du ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, Malick Niang a tout simplement demandé sa démission. Selon lui, ce ministre tout comme Abdoulaye Daouda Diallo créent l’instabilité dans ce pays. « Nous demandons la démission de Me Sidiki Kaba qui est le représentant des homosexuels au Sénégal. Macky Sall ne sera jamais crédible tant que Sidiki Kaba est à ses côtés. Le débat sur l’homosexualité sera au cœur de l’activité gouvernementale tant que Me Sidiki Kaba demeure ministre de la Justice », martèle le Professeur Malick Ndiaye.

Cheikh Moussa SARR

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15