ACTUALITE

Programme de média : et si Macky avait raison…

  • Date: 14 janvier 2016

Le président de la République s’est offusqué de la récurrence des mêmes sujets dans les média, surtout ceux relevant de questions politiques. Il reproche aux organes de presse un manque de programmes riches et citoyens.
Mais le débat est sensible pour deux raisons. D’abord la liberté d’expression est à un niveau tel que chaque citoyen, à travers les média, se donne la licence absolue de dire ce qu’il veut, comme il veut et quand il veut. Mieux ou pire, la force de la presse est telle qu’il suffit de griffer un organe ou d’indexer un journaliste pour immédiatement être la cible d’un lynchage médiatique contre lequel on est naturellement impuissant. Ensuite, l’homme politique, généralement celui qui est au pouvoir, est presque toujours en contradiction avec la presse. Celle-ci a pour mission d’informer mais aussi d’interpréter les aspirations de la société en les orientant vers le bien commun. C’est le principe parce que l’information est l’un des principaux instruments de participation démocratique.
Mais derrière les remontrances de Macky Sall, n’est-il pas opportun de poser un débat sur le contenu des programmes des organes de presse ? Ce serait un grand débat.
Mais ce qui est certain est qu’il arrive qu’un organe de presse devienne un instrument de propagande orientée ou un outil pro domo de diabolisation, d’intoxication ou d’adoubement d’un lobbies, d’un clan ou d’un homme.
La radio, la télévision et surtout le réseau télématique deviennent de plus en plus des espaces de débats sur des sujets qui peuvent, une fois orientés, avoir des effets pervers sur l’esprit public.
L’information est sensible. Elle est plus sensible en Afrique, et particulièrement au Sénégal en raison de la force de l’oralité. Dans toute civilisation orale, l’information est considérée comme un élément de confiance et d’indice de vérité de sorte que tout ce qui est informé est pris comme une réalité absolue.
En démocratie, l’opposition fait toujours de la presse un moyen d’accéder aux masses, de convaincre et de faire valoir des convictions et des idées.
Macky Sall a largement bénéficié de l’apport de la presse dans sa lutte contre « l’arbitraire et la dévolution monarchique du pouvoir ». Pendant longtemps, ses ouailles envahissaient les plateaux de télévision et de radio pour plaider sans interrompre sa cause.
Aujourd’hui, le destin a fait qu’il occupe le siège de celui contre qui il luttait. Il découvre ce que Le Pen appelle l’ingratitude de la presse. C’est de bonne guerre.
Seulement, il serait important de rendre les programmes des média moins folkloriques, moins partisans, moins tendancieux et plus citoyens, plus formateurs et plus enrichissants.
Le débat sur la réduction du mandat du président de la République n’est que la face visible de l’Iceberg. Les média ont d’autres contenus devant lesquels recule un esprit civilisé. Il ne faut pas hésiter en à parler quand-même.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15