Accueil / ECONOMIE / Un programme national de renforcement de la sécurité alimentaire lancé dès janvier prochain

Un programme national de renforcement de la sécurité alimentaire lancé dès janvier prochain

Le Programme national d’appui à la sécurité alimentaire (PNASA), prévu pour démarrer en 2018, est à la recherche de 642 milliards de francs CFA représentant environ 25% de son budget pour cinq ans, a annoncé mercredi à Tambacounda, le coordonnateur du Programme d’urgence pour la sécurité alimentaire (PUSA), Mody Diop.

« C’est un programme qui va démarrer en 2018, dans un mois. On a déjà trouvé 76% du financement à travers les autres sous-programmes qui sont en train d’être exécutés par l’Etat », a indiqué M. Diop, par ailleurs coordonnateur du Système national d’alerte précoce, en marge de la cérémonie de lancement d’une opération de distribution de vivres dans le département de Tambacounda.

« Il nous reste 642 milliards à mobiliser, c’est-à-dire 25% du budget. Tous les partenaires de l’Etat sont intéressés par ce programme-là et j’espère que le financement sera au complet dans les meilleurs délais », a-t-il dit.

Le PNASA vise selon lui à « assurer la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des ménages ».

« La résilience, a expliqué Mody Diop, est cette capacité qu’ont les ménages à faire face à l’incertitude et aux risques de chocs, à répondre efficacement (à ces) chocs et à s’adapter ».

Ce programme quinquennal vise à mettre en œuvre une stratégie nationale de sécurité alimentaire et de résilience que le gouvernement avait adoptée en janvier 2016.

Il compte 5 sous-programmes dont celui portant sur le renforcement de la disponibilité. Le deuxième sous-programme s’occupe de l’accès à « une alimentation saine, suffisante et nutritive », le troisième étant consacré à la création de nouveaux terroirs résilients (NTR).

Un quatrième sous-programme s’occupe de gouvernance en matière de sécurité alimentaire, là où le cinquième vise la concertation et la prévention en matière de sécurité alimentaire.

Selon M. Diop, le concept de « nouveaux terroirs résilients » a été mis au point par le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire quand il a été nommé à ce poste en juillet dernier.

Pour Mody Diop, par ailleurs responsable du Réseau d’information sur la sécurité alimentaire, il s’agit de « construire des terroirs qui ont une forte capacité en termes de résilience », de manière à ce que les ménages les composant constituent « des remparts contre l’insécurité alimentaire ».

Aps

À voir aussi

Développement économique du Sénégal La jeunesse, une opportunité à saisir

La main d’œuvre jeune, âgée de 15 à 34 ans, va continuer de croitre au  …

Exécution des projets et programmes du Pse Le taux moyen compris entre 68% et 70% dans les régions

La  Plateforme des acteurs non étatique a publié, hier à Dakar, son rapport d’évaluation citoyenne …