Accueil / Uncategorized / Projet de jeu avec les valeurs des Loscs : Moussa Sow une légende

Projet de jeu avec les valeurs des Loscs : Moussa Sow une légende

 Moussa Sow est un des joueurs qui s’est inscrit dans les valeurs du club Lillois : l’audace, la détermination. Lille se souvient toujours, 4 ans après son départ et surtout quand on parle de projet de jeu des Loscs.

Quatre ans après son sacre 2010-2011, Lille est sorti progressivement du gotha du Big four de la Ligue 1 Française. Cela est lié à un projet de jeu, selon Jean Michel Vandamme, directif sportif, «moins attrayant» que celui de la génération de Moussa Sow. A l’heure de la reconstruction et dans un contexte dominé par les clubs à fort revenu, à l’image du Psg, Monaco et autres, le directeur sportif du club Lillois est bien conscient que c’est quasi impossible de présenter, la saison prochaine, une équipe de la trempe de celle de Rudi Garcia. Dans ce groupe, il y avait, non seulement, une cohésion, mais aussi des individualités. «Je ne vais pas vous dire qu’on va vous présenter le nouveau Eden Hazard, le nouveau Moussa Sow ou le nouveau Gervinho, c’est impossible», a-t-il fait savoir. Ces joueurs, selon Jean Michel Vandamme, avaient de l’audace et de la détermination. C’était des talents inclus dans la valeur du club. Ce n’est donc pas pour demain qu’on les remplacerait, dans la continuité. «Gervinho, Sow et Hazard, ça ne se remplace pas comme ça en deux temps trois mouvements. Par contre, peut-être que ca peut se former. C’est tout l’intérêt du projet. Ça fait partie de la stratégie de notre football», ambitionne le directeur sportif du club Lillois.

La  saison 2010-2011 a été particulière dans l’histoire du Losc, avec le doublé championnat et coupe de France. Moussa Sow a été un des acteurs et pilier de l’attaque de Lille. La performance de l’attaquant international sénégalais, meilleur buteur de la Ligue 2, avec  23 réalisations, avait dépassé les frontières françaises. Face à des sollicitations, Lille n’a pu constater que le départ du joueur et pas le plus souhaité. Considéré invendable, c’est finalement Fenerbahçe qui est venu le chiper à Lille, moyennant un chèque final de 12 M€.

I.TOURE

À voir aussi

CHRONIQUE DU JOUR- AÏDA MBODJI Une Femme debout dans l’arène

Aïda Mbodji se redresse contre la forfaiture d’un clan conspirateur de son parti et se …