sage-femme

Projet des Sages-femmes itinérantes Peu crédible …à bord de charrettes !

 C’est en collaboration avec la Fondation Bill Gates, que le  Ministère de la Santé et de l’Action sociale a mis à la disposition de la région de Matam, des sages-femmes itinérantes pour les parturientes qui éprouvaient des difficultés de déplacement, dans leur état et avec l’éloignement de leur lieu de résidence. Les autres régions du Sénégal devraient suivre, après cette phase test.

Mais, si l’initiative est à saluer et à renforcer, dans la mesure où, en brousse, il arrive fréquemment que des femmes en grossesse meurent au cours de leur transfèrement, il reste des zones d’ombre que les autorités gagneraient à éclaircir, pour rendre la nouvelle mission crédible.

Actuellement, 21 sages-femmes ont été recrutées par le projet. Pour une  durée de 2 ans, et avec un budget de plus de 2 milliards de F Cfa logé à la Direction du Ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Le travail de ces agents nouvellement affectés consiste à sillonner, à tour de rôle, toutes les structures de santé de la région, dans l’objectif d’aider une grande partie des femmes en grossesse à accoucher dans les bonnes conditions.

Avec quels moyens mis à leur disposition ? Il importe de se le demander, cependant. Car, dans un reportage de la Rts qui date de quelques  jours, le zoom avait été mis sur une sage-femme en pleine  tournée dans des villages éloignés, et assez difficiles d’accès.

Non pas à bord de 4×4 ou d’un autre véhicule de brousse, comme on pouvait s’y attendre, mais sur une calèche attelée, qui ne semblait pas  d’ailleurs pas présenter toutes les garanties nécessaires, pour l’effectivité du travail demandé et la santé de la sage-femme.

A-t-on idée de déplacer des fonctionnaires de l’Etat, dans des calèches ou des charrettes, alors que le projet pour lequel ils travaillent dispose  d’un budget de plus deux milliards de nos francs ? Qu’adviendrait-il, s’il leur arrivait un accident ? Ces sages-femmes envoyées en pleine brousse, loin de leurs postes d’affectation et de leurs familles,  bénéficient-elles, au moins, de polices d’assurances ?
Pour l’instant, voilà les questions qui nous sont immédiatement venues à l’esprit, après avoir visionné le film.

Cheikh Ba

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …