Accueil / ACTUALITES / Propos à fleurets mouchetés Ce qui cloche dans la ligne de défense de Khalifa

Propos à fleurets mouchetés Ce qui cloche dans la ligne de défense de Khalifa

Durant ses explications à la barre hier, le prévenu Khalifa Sall n’a pas hésité à révéler les noms de gros bonnets qui ont eu à bénéficier de la caisse d’avance, même s’il est resté fidèle à sa promesse de ne pas donner de listes.

Ainsi, contre toute attente, il a donné le nom de Macky qui l’aurait sollicité.‘’Nous sommes sollicités par l’Etat pour beaucoup de manifestations, quand il s’agit d’une visite d’un Chef d’Etat et beaucoup d’autres exemples’’ a-t-il fait savoir.

Une démarche du Maire de Dakar qui est une contre-attaque judiciaire certes, mais surtout politique.

Il sait pertinemment que sur le plan strictement judiciaire, la portée de tels propos sera moindre du fait que les autres bénéficiaires n’ont pas été formellement cités, même s’il parle d’autorités religieuses, politiques, de malades et autres.

Alors, sa sortie est une façon de porter une réplique politique à un procès qu’il juge comme tel. Il s’adresse ainsi à l’opinion pour lui signifier que ceux qui lui reprochent d’avoir dilapidé des fonds publics ne sont en réalité que des receleurs ayant bénéficié de cet argent.

Il veut amener l’opinion à se dire qu’en réalité,ses propres bourreaux l’avaient sollicité pour une caisse qu’ils sont en train de diaboliser.

Le Maire est ainsi resté fidèle à sa ligne de défense originelle. Il n’a pas varié d’un iota sur le fait que « ce procès est politique » et que le maquillage judiciaire ne doit pas pousser les magistrats à être complice de ses potentiels adversaires politiques.

Comme Karim Wade, Khalifa a plus peur d’être mal jugé par l’opinion que par le tribunal lui-même.

Avant-hier, il avait fait remarquer que s’il avait accepté certaines propositions, il ne serait pas devant la barre. Une autre manière de dire qu’il est victime de son engagement politique contre le pouvoir.

On peut cependant s’interroger sur la pertinence de la ligne de défense de Khalifa en attendant les plaidoiries de ses avocats.

Non pas qu’il est contre-productif de parler de procès politique et de mouiller l’Etat et Macky. Cela peut avoir un impact politique réel.

Mais, ce qui cloche, c’est le discours clair-obscur de Khalifa. Comme toujours, il ne va pas jusqu’au fond de sa pensée. Il hésite à donner des noms et à faire certaines précisions qui auraient pu être intéressantes. Par exemple, le fait de dire qu’il a reçu des propositions en détention ne suffit pas. L’opinion et les observateurs seraient mieux édifiés s’il était vraiment explicite en donnant des détails. Qui l’a sollicité ? Quand ? Qui a été envoyé ? Qu’est-ce qu’il lui a dit ?

Nous pensons que de telles précisions, si le tribunal le permet, auraient créé une onde de choc au niveau de la population. La presse en aurait fait ses choux gras et les commanditaires de tels protocoles seraient bien mal à l’aise.

Qui plus est, rien ne l’empêche d’être plus précis sur les noms des bénéficiaires de la Caisse d’avance. Il connait pertinemment les plus en vue et aurait beaucoup gagné à balancer des noms, des montants.

Il s’y ajoute sa propension à vouloir tout endosser. Nous sommes sûrs que tous ses collaborateurs ne disent pas forcément la vérité et que certains même l’ont enfoncé. Ça n’a pas suffiqu’il dise qu’il est dégouté lorsque le tribunal a sollicité son arbitrage parce que deux d’entre eux se chamaillaient.

Il aurait pu trancher le débat car il sait que l’un d’eux ment. Mais comme à son habitude, Khalifa reste stoïque et évasif.

Grosso modo, le Maire de Dakar gagnerait à modifier sa ligne de défense en étant plus explicite sur nombre de questions pour lesquelles il a certainement des réponses.

Il doit savoir que cette attitude abhorrée depuis longtemps l’a mené à Rebeuss. Il ne peut pas continuer à protéger des gens et s’offrir en sacrifice en préférant garder des secrets.

Depuis deux jours, il nous sert des vérités incomplètes avec son attitude à fleurets mouchetés.

S’il continue sur ce rythme, il va directement à la guillotine politique.

Assane Samb

À voir aussi

7 ans de prison requis contre Khalifa Sall

Le procureur Serigne Bassirou Guèye a demandé au juge de condamner Khalifa Sall à au …

Procès de Khalifa Sall : la réquisition du Procureur attendu ce vendredi

REWMI.COM Aujourd’hui, le procès du premier magistrat de Dakar Khalifa Sall et de ses 7 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *