Accueil / ECONOMIE / PROPOSITION DE PRÉLÈVEMENT DE 1 % SUR LE BUDGET NATIONAL: Me El Hadji Diouf ‘Je ne suis pas d’accord avec les experts’

PROPOSITION DE PRÉLÈVEMENT DE 1 % SUR LE BUDGET NATIONAL: Me El Hadji Diouf ‘Je ne suis pas d’accord avec les experts’

À l’issue du séminaire international sur les bassins de rétention qui s’est tenu du 9 au 10 mai, les experts ont formulé des recommandations et propositions pour permettre aux États africains et aux bailleurs de fonds de se faire une idée du financement du projet. Ainsi, dans ces recommandations, il est prévu entre autres un prélèvement d’au moins 1 % sur le budget national desdits États. Ce que le Ministre du Réseau Hydrographique National Me. El Hadji Diouf estime très peu.
« Je pense que 1 % c’est très peu. Là je ne suis pas d’accord avec les experts qui ne comprennent pas l’importance de ce programme de réalisation des bassins de rétention ». En marge de la cérémonie de clôture, jeudi dernier, Me. Diouf a précisé que « certainement que le Président Wade aurait rejeté cette proposition qui n’est pas ambitieuse car, il est un homme qui a beaucoup d’ambition pour l’Afrique et il aurait proposé plus ». Selon lui,1 % ne représente rien du tout. À l’entendre, ces bassins constituent la clé et le remède miracle pour permettre enfin à l’Afrique de résoudre la question de l’autosuffisance alimentaire, et de la pauvreté. « Il faut que la communauté internationale soit plus humaine. Il faudrait qu’elle s’intéresse à nos problèmes.

Il faut qu’elle aide les pays pauvres à se développer », a souhaité Me. Diouf. Aussi, a-t-il poursuivi « lorsque ces pays pauvres se développeront, ses ressortissants n’auront plus besoin de prendre le chemin de l’exil ». C’est pourquoi il pense que ces bassins constituent une révolution authentique, car devant permettre de fixer les populations au village et vont permettre à cette population de cultiver 12 mois sur 12 après l’hivernage. L’objectif visé par le séminaire est de définir des travaux de qualités, des réflexions poussées et des propositions concrètes pour la mise en oeuvre de la politique définie par Me Wade pour éradiquer la pauvreté au sud du Sahara.

Les recommandations et propositions formulées à l’issue de la rencontre vont permettre aux bailleurs de fonds de se faire une idée du sérieux et de l’urgence à installer partout en Afrique au sud du Sahara des bassins de rétention.

La formule de Me Wade « un bassin, un village » devrait « convaincre nos partenaires au développement qui devaient injecter des milliards », a supposé le Ministre qui, sur la même lancée a précisé que « les bailleurs avaient souhaité attendre l’expérience sénégalaise pour se lancer dans la réalisation du programme. Maintenant les ils sont convaincus. L’expérience sénégalaise est concluante ». Par ailleurs, les experts ont émis une proposition d’une table ronde des bailleurs de fonds au courant 2008.


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …