ACTUALITE

PROTECTION DES ENFANTS- L’ÉTAT A MIS EN PLACE UN DISPOSITIF JURIDIQUE IMPORTANT

  • Date: 24 janvier 2016

Le directeur de la jeunesse et des activités socio-éducatives, Oumar Daouda Sognane, a rappelé, samedi à Thiès, l’important dispositif juridique, communautaire, d’assistance et de protection de l’enfant.

 Lequel dispositif permet d’épargner cette frange vulnérable de la société des nombreux maux qui frappent la société, a estimé M. Sognane qui s’exprimait lors de l’atelier de formation des formateurs en référencement des cas d’abus et pratiques néfastes des scouts du Sénégal.
La session de formation est axée sur le thème : « initiative de la société civile pour une gouvernance sensible aux droits et à la protection de l’enfant ».
M. Sognane a soutenu que « l’Etat, la cellule familiale, ainsi les organisations impliquées dans la protection de l’enfant, doivent renforcer leur collaboration pour une meilleure vulgarisation des connaissances sur les droits de l’enfant et une adéquate prise en charge des inquiétudes liées à la défiance et aux abus qui guettent les enfants ».
Pour sa part, l’abbé Philippe Mbengue a, au nom de Monseigneur André Gueye, évêque de Thiès, soutenu que « la famille, comme l’Etat et tous les acteurs doivent lever les barrières et travailler en partenariat pour construire un Sénégal meilleur au profit de l’enfant, l’avenir de la nation ».
De son coté Serge Georges Badji, commissaire général des scouts du Sénégal, a noté que l’ »atelier de Thiès qui réunit tous les 40 responsables régionaux du scout, vise à renforcer les capacités des scouts du Sénégal sur la protection des enfants contre les pratiques néfastes, les violences, la traite et les pires formes de travail dans leur programme ».
Selon lui, « plus de 50% de la population sont des enfants et des jeunes, qui sont confrontés à des problèmes liés à la persistance et l’acuité du phénomène de la mendicité forcée démontrée par des statistiques qui informent que près de 30.000 enfants talibés demandent l’aumône tous les jours à Dakar ».
Il a pointé du doigt « les politiques publiques, les orientations stratégiques qui sont peu sensibles à l’enfance, ainsi que les programmes développés qui ne n’accordent souvent pas la priorité à la question de l’enfance malgré les engagements pris par l’état ».

Serge Badji a, par ailleurs, lancé un appel à « l’Etat, aux acteurs et aux populations pour que soient combattus et éliminés les fléaux comme la maltraitance, les pires formes de travail des enfants, l’exclusion ou l’abandon scolaire, le non accès à l’état civil, les viols, abus sexuels, l’excision, qui affectent le devenir des enfants ».

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15