Protection du littoral- La loi est dans le circuit.

 La loi sur le littoral, censée mettre fin à l’occupation irrégulière tout au long des côtes sénégalaises, sera bientôt soumise à l’Assemblée nationale.

  C’est pour bientôt, l’adoption de la loi sur le littoral. La loi a suivi tout le circuit de validation au niveau de l’administration. Il ne reste plus qu’à l’adopter, en Conseil des ministres, avant qu’elle ne soit envoyée devant la représentation nationale pour adoption. Le ministre de l’environnement et du développement durable en a fait la révélation hier, au détour d’une conférence de presse conjointe avec le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic. Tant bien que le processus d’adoption de cette loi a été lancé depuis 2009, elle a été préparée sur une base parfaitement consensuelle et inclusive, a indiqué Abdoulaye Baldé, précisant que tous les correctifs nécessaires ont été apportés à cette loi. Avant d’insister : «La loi sur le littoral verra bientôt le jour. Déjà, sous peu, on devrait se réunir autour du secrétaire général du gouvernement pour recueillir les commentaires des autres ministères. Bientôt, elle va passer en conseil des ministres, puis à l’Assemblée Nationale.» Recevant une délégation de l’Union européenne et du Gouvernement français, en perspective de la Cop 21, les deux parties ont réaffirmé leur détermination à œuvrer ensemble pour aboutir à «un accord universel robuste, ambitieux et inclusif» pour assurer une action efficace contre le changement climatique après 2020. Poursuivant son propos, le ministre Abdoulaye Baldé a signalé que les correctifs nécessaires ont déjà été apportés au Code littoral et que le nombre élevé des réactions démontre que les enjeux sont énormes. «Pour la Cop 21, le Sénégal est dans la bonne dynamique. Nous connaissons les enjeux au changement climatique. Le Sénégal va montrer son leadership, parce que c’est un pays faiblement émetteur de gaz à effet de serre, mais victime des changements climatiques. Nous ne pouvons pas demander des ressources supplémentaires, sans réduire nos émissions de gaz à effet de serre. C’est pour cela que nous avons élaboré une contribution nationale et que nous allons élaborer un scénario pour montrer à la communauté internationale que nous voulons réduire nos émissions», a expliqué Abdoulaye Baldé. Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, pour sa part, a fait savoir que «sur les 196 pays attendus à la conférence de Paris, 46 ont déjà présenté leur contribution nationale». Tout en rappelant que l’Union européenne s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, d’au moins 40 %, d’ici à 2030 par rapport à 1990.

Mouhamadou BA

Voir aussi

Officiel- Adama Barrow va prêter serment à Dakar…et deviendra un Président en exil

REWMI.COM- Adama Barrow deviendra dans quelques heures le Président de la République de Gambie…en exil. …