Accueil / Uncategorized / PSG : Peguy Luyindula, « Si on avait pu me pisser dessus, on l’aurait fait »

PSG : Peguy Luyindula, « Si on avait pu me pisser dessus, on l’aurait fait »

Peguy Luyindula s’est livré dans une interview vérité pour So Foot au sujet de son litige avec le PSG. Des révélations sans concessions.
« C’est comme si je n’existais pas aux yeux du PSG. Les mecs, s’ils avaient pu me pisser dessus, ils m’auraient pissé dessus » : Peguy Luyindula revient dans le numéro 93 de So Foot sur la nature du conflit ouvert qui l’oppose au PSG. A l’origine du litige, le refus de l’attaquant d’entrer en jeu lors de la demi-finale de Coupe de la Ligue face à Montpellier, l’an dernier. Peguy Luyindula en est arrivé à un point où il espère que le club parisien cassera son contrat. Mais il devra attendre le 20 mars prochain, date à laquelle le conseil des prud’hommes se prononcera sur cette sordide affaire.



« On n’a pas arrêté de m’humilier »

« Ils n’ont pas arrêté de m’humilier, de me faire des petits coups en douce (…) Ils ont payé un costume sur mesure, avec une étiquette à mon nom, et ils ont préféré le gâcher plutôt que de me le filer. Ensuite, il y a l’histoire de la photo officielle qu’ils font dans mon dos (…) Et j’ai lu qu’un jour je me serais moqué de Nenê qui s’était enfermé dans les toilettes après le match contre Arles-Avignon. Je pense que là, on a atteint le sommet de l’idiotie ! » : Luyindula dénonce un acharnement psychologique du PSG, qui aurait véhiculé des mensonges à son égard.

Jean-Claude Blanc, ancien dirigeant de la Juventus, débarque au PSG quand le conflit est déjà bien entamé. Et Luyindula révèle que lui aussi avait envie de se payer une tranche de Peguy pour le dessert : « Il a envoyé une lettre à tous les clubs pour bien me la mettre. Une lettre dans laquelle il est dit, en gros, que j’orchestre une campagne médiatique anti-PSG et que je suis blessé depuis huit mois. Une sorte de lettre de non-recommandation… Jean-Claude Blanc venait juste d’arriver au club. Il aurait pu être un médiateur, mais non ».

Lorsqu’il parle du PSG qatari, l’ancien buteur de l’OL et de l’OM est amer. Leonardo devient dans sa bouche un hypocrite qui n’ose pas lui dire en face que Paris ne compte pas sur lui (« Leonardo, c’est à peine si je l’ai vu. La première fois que je lui parle, c’est à l’hôtel londonien où nous sommes avant l’Emirates. Il me dit que c’est le coach qui doit décider des joueurs qu’il souhaite conserver dans son groupe. Après, il me serre la main, et il me sourit ») et Antoine Kombouaré, un entraîneur heureux d’être débarqué comme un malpropre par ses dirigeants tant l’atmosphère est devenue irrespirable au Camp des Loges (« Combien d’entraîneurs ont dit ‘merci pour ces deux ans et demi, c’était super génial’ après s’être faits virer? Ce que je vois, c’est qu’il était content de partir. Moi, je ne suis pas content de rester »).



« Gagner 200 000 euros par mois, ça veut dire qu’on a le droit de te crever un œil ? »

Enfin, Luyindula estime que si certains pensent qu’en tant que footballeur et au vu de ce qu’il gagne, il n’a pas à se plaindre, c’est dû à un « traumatisme » lié à la grève des Bleus en 2010, qui a complètement séparé les footballeurs du reste de l’opinion publique : « On est dans un État de droit. Pour 200 000 euros, t’as le droit d’être harcelé, et puis on peut te couper un doigt de pied, et te crever un œil? (…) Le problème en France, c’est qu’il y a un traumatisme. Les mecs de l’Equipe de France, ils ont fait une grève qui partait d’un bon sentiment, mais qui a été très mal faite, et qui du coup a été très mal perçue. Le droit de grève, c’est un droit fondamental de la constitution française. Mais aujourd’hui, depuis Knysna, les footballeurs n’ont plus ce droit ». Être traité comme un pestiféré par son employeur, que l’on gagne 1000 ou 200 000 euros par mois, ça ne peut qu’être blessant moralement, et personne ne redira rien à Luyindula sur ce sujet…

source chronofoot

À voir aussi

Jugement d’Assane Diouf: Les Etats-Unis pressent le Sénégal

En détention depuis novembre 2017, Assane Diouf n’est pas toujours jugé. Une situation qui inquiète …

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …