realmadrid-ronaldo_222502_REALMADRID_RONALDO_130114

PSG/Real Madrid : Les clés du match

C’est un choc à plusieurs niveaux. Sur le terrain mais aussi sur le banc. Passage en revue des points chauds à surveiller mercredi soir avec l’avis des experts Jérôme Rothen, Alfonso Duro et Giovanni Castaldi, journaliste.

Serge Aurier – CR7, un duel qui promet (Jérôme Rothen)

Le duel entre Cristiano Ronaldo et Serge Aurier sera assurément une des clés du match. D’abord parce que Cristiano Ronaldo pèse beaucoup dans le jeu du Real Madrid. C’est souvent lui qui est décisif, c’est souvent lui qui marque des buts, qui délivre des passes décisives. Alors, si Aurier le bloque bien, je ne dis pas que c’est gagné parce que le Real a d’autres joueurs qui peuvent faire la différence, mais il aura fait la moitié du chemin.

 La bataille du milieu (Alfonso Duro)

Là où Benítez a le plus de doutes c’est au milieu de terrain. Mais c’est là qu’il possède le plus d’options pour surprendre les hommes de Laurent Blanc. L’équipe du PSG est une équipe chevronnée et technique, emmenée par un milieu composé de vrais joueurs de ballon comme Verratti, Motta et Matuidi. En face, Benítez devra trancher entre un 4-4-2 et un 4-3-3. Dans tous les cas, il aura toujours l’opportunité d’utiliser Modric (88% de passes réussies dans les 30 derniers mètres cette saison en Liga), le génie de la « lampe blanche », aux côtés d’un Casemiro qui s’affirme comme le véritable chef de file défensif du milieu avec 69% de duels remportés depuis le début du championnat. Toni Kroos sera quant à lui le chef d’orchestre et Isco le fer de lance pour tenter de contrer le 4-3-3 mis en place par Laurent Blanc.

Blanc-Benitez, une opposition de style (Giovanni Castaldi)

Laurent Blanc n’était pas un défenseur classique. Formé en tant que numéro 10, il aime depuis toujours le beau jeu. Lorsqu’il arrive en 2013 à la tête du Paris Saint-Germain, la formation parisienne est une équipe de contre qui évolue en 4-4-2, ce schéma et ce style de jeu avaient été mis en place par Carlo Ancelotti. Après deux rencontres de championnat, Laurent Blanc installe un 4-4-3 à la « Barcelonaise », et va faire du PSG une équipe de possession. Depuis le début de la saison, le club de la capitale est d’ailleurs l’équipe qui réussit le plus de passes dans une rencontre avec un taux de 89,8 %.

Face à lui, Rafael Benitez est en plein paradoxe depuis sa prise de fonction, cet été, au Real Madrid. Sur le terrain, le Real Madrid se fait plus remarquer par sa grande solidité défensive (meilleure défense de Liga et de Ligue des Champions) que par son jeu offensif, tant apprécié par les supporters et la presse madrilène. Un jeu contre en opposition totale à celui de possession proposé par le PSG.

Voir aussi

arbitre-sngalais

CAN 2017 Malang Diédhiou, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba sélectionnés

L’arbitre central Malang Diédhiou et ses assistants habituels, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba, …