Education

Qualité de l’enseignement supérieur- le Cames examine les diplomes déjà accrédités

  • Date: 3 décembre 2015

Le Conseil africain et malgache de l’Enseignement supérieur (Cames) a bouclé ses manifestations scientifiques avant-hier, mardi 1er décembre, dont l’unique objectif était de rehausser la qualité des programmes d’enseignement et de recherche des universités francophones de l’espace Cames. En plus d’un plaidoyer pour le financement de son plan stratégique, le Cames a examiné les établissements dont certains diplômes ont fait l’objet d’une accréditation. Les manifestations scientifiques du Conseil africain et malgache de l’Enseignement supérieur (Cames) ont été bouclées avant-hier, mardi 1er décembre, à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Les participants de profils divers ont participé au 9ème Atelier sur l’Assurance Qualité de l’Enseignement Supérieur et le 30ème Colloque sur la Reconnaissance et l’Équivalence des Diplômes. Il s’est agi de sensibiliser sur l’assurance qualité de l’enseignement supérieur et à établir la reconnaissance de la validité de plein droit ou de l’équivalence des grades et diplômes sur la base de critères scientifiques, pédagogiques et institutionnels. En plus d’un plaidoyer pour le financement de son plan stratégique, le Cames a examiné aussi les établissements déjà accrédités pour un éventuel renouvellement des accréditations, afin de rehausser la qualité des programmes d’enseignement et de recherche des universités francophones de l’espace Cames.

Dans le cadre du programme de reconnaissance d’équivalence des diplômes, le Secrétaire général du Cames, Bertrand Mbatchi, a informé que “si on se rend compte que ces dossiers dont les critères d’accréditation ne répondent plus aux normes du Cames, on procède à la dés-accréditation. C’est ce qu’on appelle les dossiers de renouvellement d’accréditation”. Pour lui, “un ensemble de référentiel s’impose pour une accréditation”.

“Le Cames ne reconnait pas les diplômes qui ne sont pas reconnus par les Etats. C’est d’abord une reconnaissance par l’Etat. Un établissement peut avoir une première accréditation du Cames par rapport à son référentiel composé des volets administratif, pédagogique et financier”, a-t-il indiqué.

La qualité de l’offre de formation des établissements d’enseignement supérieur privés a été soulevée lors des 4èmes rencontres internationales des dirigeants des établissements privés de l’Enseignement supérieur de l’espace Cames. C’est d’ailleurs à cette occasion que le président du Réseau international des Etablissements privés de l’Enseignement supérieur, Kini Isidore à relever qu’il existe des universités “boutiques” ou “commerçants”.

Pour le financement de son Plan stratégique, le Cames en appelle aux pays membres pour booster la qualité de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.  Bertrand Mbatchi exhorte les acteurs de suivre l’exemple du président de la République, Macky Sall qui a mis à la disposition de l’Institution une enveloppe de 500 millions FCfa en guise d’accompagnement du Plan 2015-2019. “Nous sommes sur la recherche de financements. Nous comptons sur les partenaires. Le Sénégal s’est signalé par 500 millions FCfa. Les acteurs promus par le Cames sont attendus”, a souligné le Professeur Mbatchi.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15