Accueil / ACTUALITES / Quand DSK observe Hollande

Quand DSK observe Hollande

Il était à Pékin en décembre, il sera fin mars à Bruxelles. A défaut de pouvoir reprendre pied dans le débat politique hexagonal, le professeur Strauss-Kahn se fait conférencier. Son sujet de prédilection : la crise mondiale et la grande dépression de la zone euro.

Quand il est à Paris, c’est en privé qu’il livre ses analyses et ses conseils. Il a observé de près le lancement de campagne de François Hollande.

« Son positionnement est le bon », dit–il. En revanche, DSK est toujours aussi sévère avec le couple Sarkozy-Merkel. Le traité européen qu’ils ont imaginé fait, à ses yeux, une impasse coupable sur la croissance. A ce sujet, DSK répète ce qu’il confiait déjà au printemps dernier : sans annulation de la dette grecque, l’Europe va dans le mur. Pis encore : plus elle tarde, plus cette mesure inéluctable de chirurgie économique risque de lui coûter cher. Face à la résistance allemande, DSK estime que la France n’est pas aussi démunie qu’on veut bien le dire.

Angela Merkel, selon lui, peut être convaincu mais à condition de savoir lui parler et de ne pas rester dans les postures politiciennes. Il se dit convaincu que Hollande saura donc faire passer à Berlin les messages discrets qui explicitent sa stratégie. Aussi bien auprès de la chancelière que de Frank-Walter Steinmeier, son principal concurrent du SPD.

Safiétou DIOP


À voir aussi

Fin du procès Khalifa Sall: les parties saluent une procédure équilibrée

Rfi.frAprès cinq semaines d’audiences, le procès de Khalifa Sall s’est terminé ce vendredi 23 février …

Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet

Ce vendredi 23 février est normalement le dernier jour du procès de Khalifa Sall. Le …