Accueil / ACTUALITES / Qui convoite encore le King Fahd ?  Macky Sall évoque « une faute impardonnable »

Qui convoite encore le King Fahd ?  Macky Sall évoque « une faute impardonnable »

Le président Macky Sall n’a pas caché sa colère contre l’hôtel King Fahd Palace qui a annulé des réservations de participants qui devaient prendre part à la 17ème revue à mi-parcours des programmes de l’Association internationale de développement (Ida 17). 

 Hier, la presse s’en est donnée à cœur-joie comme on peut en juger à travers ces titres affolants et affriolants. Que  s’était-il passé ? Alors qu’il présidait la cérémonie d’ouverture de la revue de l’Ida de la Banque mondiale (Bm), le président de la République  aurait été  interpellé par la représentante de la Banque mondiale (Bm) sur l’annulation des réservations de nombreux participants, venus de différents pays du monde, participer à la revue à mi-parcours de l’Association internationale de développement (Ida). Leurs chambres auraient été données par l’hôtel aux joueurs de l’équipe nationale de football du Sénégal. Visiblement embarrassé, le chef de l’État aurait alors déclaré être navré de l’incident, avant de demander à la direction de l’établissement de remédier rapidement à la situation.

Ce qui fut fait. Mais qui méritait certainement aussi une large dénonciation pour les médias qui se sont relayés pour crier au scandale alors que pareil incident survient régulièrement dans tous les hôtels du monde.

Que cache donc cette indignation surexploitée  au point que chacun s’essaye à jeter la première pierre à la direction du King Fahd Palace ?

Pour l’instant,  rien de  bien précis. Mais quand il est de notoriété publique que malgré la décision de l’État de confier la gestion du complexe à un Sénégalais, des lobbies et des activistes (dont au moins un milliardaire très discret) s’agitent pour la résiliation du contrat, nul ne doute plus que le petit esclandre serait venu à son heure.

En général, l’intox  et les coups fourrés partent toujours de faits avérés, même mineurs, avant de brandir des muscles.

Cheikh Bâ

Share This:

À voir aussi

La CPI : le rire banania

Après un long et pénible séjour carcéral, Simone Gbagbo est acquittée par cette Cour Pénale …