Accueil / Uncategorized / Rahmane Barry: «Que les dirigeants laissent l’entraîneur faire son boulot normalement»

Rahmane Barry: «Que les dirigeants laissent l’entraîneur faire son boulot normalement»

Écarté des terrains pendant longtemps pour cause de blessure, Rahmane Barry avoue avoir passé une saison difficile. Mais riche en enseignements. «Cela m’a permis d’ouvrir les yeux» et «de savoir comment sont les gens», déclare l’international sénégalais de Lorient. Qui dit n’avoir plus de contact avec l’encadrement de l’équipe nationale affirme. «A moi de bien repartir et regagner ma place». Rahmane Barry a réintégré le groupe de performance de Lorient.
Depuis la Can en Egypte vous avez du mal à retrouver la pleine possession de vos moyens…

Je suis resté longtemps sans jouer. J’étais longtemps blessé. J’ai voulu aller trop vite parce que j’avais envie de jouer et cela m’a porté préjudice. J’ai eu une rechute. C’est vrai, depuis la Can, j’ai des pépins à répétition. J’ai eu pas mal de problèmes, mais c’est ça la vie et le football. Ce sont les risques du métier.

Quel rapport entretenez-vous avec l’encadrement technique des Lions depuis votre blessure ?

Je n’ai aucune nouvelle de l’équipe nationale. Au début le sélectionneur m’a appelé une fois. Mais depuis lors, pas de nouvelle. Je fais l’effort d’aller sur le net pour m’informer de ce qui se passe en sélection. Sinon ce sont des amis qui me donnent des nouvelles de la Tanière. Je regarde aussi les matches.

Parfois, ne vous sentez-vous pas abandonné après utilisation ?

Non ! Je ne dirais pas ça. Pour jouer en équipe nationale il faut jouer d’abord dans son club. Donc pour moi c’est normal. Ce n’est pas un abandon, c’est à moi de bien repartir et regagner ma place. La sélection me manque énormément. Mais, ça me manque déjà de jouer des matchs en ligue 1. Ca me manque de marquer des buts, de faire des passes décisives. Mais bon je m’entraîne, je me donne à fond et j’ai ma famille pour me soutenir. Il y a des moments, on passe une année blanche. Je ne vais pas dire que je vais tout casser dans les prochaines journées mais je m’entraîne à fond pour bien finir la saison et partir en vacances voir les parents et les gens qui m’ont soutenu jusque-là et essayer de repartir l’année prochaine sur de bonnes bases quel que soit le club.

Quels sont les enseignements que vous avez tirés de votre blessure ?

Avec l’année que j’ai passée, les blessures, les disputes avec le coach et le fait de ne pas jouer, tout cela m’a ouvert les yeux. Cela m’a permis de savoir comment sont les gens. J’ai appris à connaître les gens, j’ai mûri et je sais qu’on ne peut compter que sur sa famille. Si j’arrive à tenir aujourd’hui, si je pète pas les plombs, c’est parce que ma famille a toujours été présente. Particulièrement ma mère, ma sœur et mon cousin. Si je fais une bonne saison l’année prochaine ce sera pour eux.

Tout comme la famille, le staff technique ne ferait-il pas mieux de soutenir les joueurs blessés ?

Ils peuvent le faire, mais franchement, je n’attends rien d’eux. Je sais que si je suis bon… (il ne continue pas la phrase). C’est comme ça. C’est le football, si on est bon, on a tout le monde avec soi. Si l’on ne joue pas… Mais ça c’est le côté humain. Chaque personne est comme elle est, je ne vais pas les juger. Mais je n’attends rien d’eux. Je suis content que Pascal Mendy qui est de Fass Delorme comme moi soit en équipe nationale.

De l’extérieur, quel regard portez-vous sur l’équipe nationale ?

Si l’on regarde bien les joueurs de l’équipe nationale sénégalaise, on peut prédire des lendemains meilleurs. C’est normal que le Sénégal soit leader de son groupe et en Afrique. Nous avons une équipe de qualité. C’est au sélectionneur de bien gérer comme il est en train de le faire. Que les dirigeants laissent l’entraîneur faire son boulot normalement. Par rapport à l’arrivée des jeunes en équipe nationale, je trouve ça normal, mais il faut de l’expérience aussi. Je pense que le sélectionneur est bien placé pour le savoir. Il faut de la jeunesse mais aussi un peu d’expérience. Un joueur comme El Hadji Diouf qui est en train de faire une bonne saison, fait du bien à l’équipe. Diomansy Kamara et tant d’autres.

Vous avez recommencé à jouer ; quels sont les défis à relever d’ici à la fin de la saison ?

Mon objectif d’ici à la fin de la saison est de jouer le maximum de matchs possible. Bien finir le championnat et partir en vacances pour voir la famille et repartir sur de bonnes bases l’année prochaine.

Préférez-vous rester à Lorient où allez-vous retourner à Marseille ?

J’appartiens à Marseille, je compte retourner là-bas, d’autant plus qu’avec toutes les blessures que j’ai eues cette année, ça n’allait pas bien avec le coach de Lorient. Donc je vais retourner à Marseille ; après on verra. Pour l’instant, je me languis d’une seule chose : les vacances. Rester avec la famille et préparer la saison. Peu importe le club où je serai la saison prochaine, j’ai besoin de jouer. J’ai toujours des contacts mais rien de concret. J’avais des contacts avec pas mal de clubs, mais il faut voir avec Marseille et mon agent.

Dans l’ensemble êtes-vous satisfait de la prestation des Sénégalais en ligue 1 ?

En ligue 1 il y a Mamadou Niang qui fait de bonnes choses avec Marseille. Malickou et Nguirane Ndaw font aussi une bonne saison. On peut dire que dans l’ensemble ça va très bien pour les internationaux sénégalais.

Votre idole, Khalilou Fadiga, est victime d’une rupture d’un tendon d’Achille… C’est malheureux pour un joueur comme Khali ; mais c’est le football. Il faudra qu’il se soigne bien. J’espère qu’il va très bien repartir.


À voir aussi

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …

Report de l’inauguration de Masslikoul Jinaan» : Serigne Khassim Mbacké menace

L’information selon laquelle l’ouverture de la grand mosquée mouride de Dakar, «Massalikoul Jinaan»,  est remise sine …