RAMADAN A LOUGA Du pain croustillant et chaud à tout prix 

Les boulangeries et autres pâtisseries sont prises d’assaut en ce mois béni de Ramadan. Nombreux sont les clients qui la queue pour s’approvisionner en pain chaud et croustillant. Certains clients rencontrés expliquent le pourquoi de ce choix et invitent les boulangers à une meilleure organisation dans leur travail pour servir tout le monde avant l’heure du « Ndogou « .

Les changements d’habitude ne manquent pas durant tout le mois de Ramadan. Pour couper le jeûne, des mets très copieux sont préparés pour certains c’est le ‘‘Lakh’’ (bouillie de mil : Ndlr), tandis que d’autres préfèrent du café ou font comme au petit déjeuner c’est -à -dire couper avec du pain, une tasse de thé, café ou lait. Toutefois, un tour chez quelques boulangers en dit long sur certains choix. N’déye Awa, été jeune fille la vingtaine est chargé d’acheter le pain du  »Ndogou « entendez par là la rupture du jeûne .La mine un peu froissée, elle part en direction de la boulangerie. C’est du bon pain qui y est vendu. D’ailleurs, je ne rate pas l’occasion de venir acheter des baguettes pour ma famille. En plus, je choisis bien l’heure car plus le temps avance plus la queue est longue. Ce qui peut retarder le moment d’aller couper le jeûne avec les siens», argue-t-elle. Dans le rayon où est exposé le pain enveloppé dans du papier, les pâtisseries mettent l’eau à la bouche. «J’en raffole et c’est bien d’en prendre durant le mois de Ramadan « , confie N déye Awa .Derrière le comptoir, une vendeuse s’affaire pour satisfaire les nombreux clients trouvés sur place. Interrogée, elle déclare : « C’est le responsable qui doit répondre à vos questions. Revenez vers le soir, il sera là « . Et la jeune dame de poursuivre :  »Pendant le mois béni de Ramadan, la clientèle augmente car nous lui offrons le meilleur pain possible. Seulement, le hic comme vous le voyez actuellement, certains clients choisissent de venir s’approvisionner en pain et autres à la dernière minute à l’heure de la rupture pour en avoir coûté que coûte. On est au Sénégal et c’est une habitude notée ces derniers temps. Au lieu de venir à temps faire leurs achats et partir, ils attendent toujours le dernier moment pour se pointer. Souvent certains restent ici jusque tard dans la nuit pour être servis. Je crois qu’ils doivent revoir leur manière de faire puisque nous-mêmes qui vendons, nous nous retrouvons dans des difficultés pour les satisfaire « . Cependant, comme dit l’adage « les couleurs et les goûts ne se disputent point». Ce que  semble corroborer Marième Diop, qui pour s’approvisionner en pain frais, y met le paquet et son temps. Quitte à rater l’heure du « Ndogou « ,  je préféré venir  chercher du pain fuste à sa sortie du four. C’est chaud et croustillant .Pour le plaisir du palais, cela vaut le coup», confie-t-elle avec gourmandise. Il faut la voir prendre son aise quand elle parle du pain chaud, martèle la dame. Les vendeurs dans ces boulangeries sont souvent pris d’assaut. Des altercations ne manquent pas, car l’attente est longue et les personnes continuent de venir et pour toute la soirée

SIDY THIAM

Voir aussi

MODERNISATION DU MARCHÉ SANDIKA Des commerçants craignent un problème d’espace

  Des commerçants du marché ‘’Sandika de Pikine’’ ont salué, mardi, le projet de modernisation …