telechargement-5

RAPPORT MONDIAL DE SUIVI SUR L’ÉDUCATION 2016 L’Unesco prône un ‘’avenir durable pour tous’’  

La Commission nationale pour l’UNESCO a procédé, hier, au lancement du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation 2016. A cette occasion, Neyestani Hailu Lily, spécialiste de l’Education à l’Unesco, a annoncé que l’objectif de cet institut est de réduire considérablement le nombre de jeunes non scolarisés, sans emploi ni formation.

La Commission nationale pour l’UNESCO a procédé, mercredi, au lancement du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation 2016. Présidée par le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, cette rencontre a été une occasion pour la spécialiste de l’Education à l’Unesco, Neyestani Hailu Lily, de revenir sur le rôle de l’éducation dans le développement durable.  Selon  Neyestani Hailu Lily, le but est de faire réduire considérablement le nombre de jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation. «Il s’agit de faire en sorte que partout dans le monde, les personnes aient les informations et connaissances nécessaires au développement durable et puissent vivre en parfaite harmonie avec la nature», a-t-elle fait savoir. Neyestani Hailu Lily de noter que le développement durable commence avec l’éducation et ils veulent, à travers ce rapport, éclairer sur comment l’éducation peut contribuer au développement durable socioéconomique dans le monde entier et en particulier dans les pays en Afrique. Avant d’ajouter que le secteur d’éducation et de formation se porte plus ou moins bien au Sénégal, et compte ainsi faire plus en se basant sur les  progrès que le Sénégal a réalisés jusqu’à maintenant. Toutefois, poursuit la spécialiste, Il y a certes beaucoup de difficultés et des améliorations à apporter, notamment en matière de gouvernance et de transparence, pour aussi apporter la paix dans l’école. Cependant, elle a révélé qu’à travers cela, le monde ne pourra atteindre cet objectif que d’ici 2080, au lieu de l’atteindre en 2030. Mais pour l’Afrique, ce sera encore 40 ans plus tard. Car, dans l’état actuel des choses, on n’apporte pas  des changements structurels et de réelles réformes dans la façon dont le système éducatif est géré. La solution, poursuit la dame, est de diversifier l’offre éducative parce que dans l’état actuel des choses, l’école sénégalaise ne pourra pas accueillir tous les enfants, tous les jeunes dans les établissements. C’est parce que le système ici au Sénégal est un système unique, c’est l’école  publique. En plus, il y a d’autres alternatives comme les écoles coraniques et privées. Sambou Touré, conseiller au ministère de l’Education nationale, pour sa part, pense que la pertinence du rapport mondial suivi sur l’éducation, n’est plus à démontrer. Car, le rapport Gem 2016 examine le rôle de l’éducation dans le programme de développement durable pour l’après 2015. Ainsi, pour M. Touré, dans sa partie thématique, le rapport Gem 2016 analyse les liens multisectoriels et  réciproques entre l’éducation, la durabilité et des volets essentiels du programme de développement durable tels que la lutte contre la pauvreté, l’élimination de la faim, l’amélioration de la santé, l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes ainsi que l’agriculture durable. En réalité, pour le conseiller du ministre de l’Education, l’Etat du Sénégal a compris que le développement durable est l’une des voies de l’émergence. En effet, le développement durable représente le second  axe du plan Sénégal émergent.

Khady Thiam COLY

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *