Accueil / ACTUALITES / Rapport OFNAC : aucune suite
La présidente de l'OFNAC, Nafi Ngom Keïta

Rapport OFNAC : aucune suite

Le rapport alarmant de l’OFNAC fait l’objet de polémique. Mais le débat dérange l’APR et amène même certains à verser des diatribes contre son auteur Nafi Ngom Keita. Pourtant, les inconditionnels de la Bonne Gouvernance souhaitent que l’État prenne ses responsabilités. Mais aucune suite ne sera réservée à ces scandales. Les institutions épinglées et démasquées sont dirigées par des membres de l’APR qui en lieu et place d’explications convaincantes s’illustrent par des querelles de borne fontaine. Le Président Macky Sall intervient sur tout même des décisions de Justice sans prononcer aucun mot sur ce rapport scandaleux.
C’est la preuve qu’aucune suite ne lui sera réservée. Récemment, une haute Institution de la République, l’IGE, a mis à nu les fautes, errements, je-m’en-foutisme et détournements commis par des Directeurs généraux nommés par Macky Sall et dont certains sont des militants actifs de son parti.
On compte parmi eux le volubile Pape Maël Diop Directeur général des ADS, un service où trois milliards de la Redevance de développement des infrastructures aéroportuaires ont été détournés. Il est ainsi également du Quotidien national LE SOLEIL qui ne cesse de le pomper avec une propagande démesurée au Projet Cœur de Ville de Kaolack. Du vol, de la surfacturation et des méthodes obscures sont commis dans cet organe de presse de l’État.
Le rapport de l’IGE est mis aux oubliettes. Il en sera indubitablement ainsi du rapport de l’OFNAC qui a révélé la prédation financière au COUD et dans d’autres secteurs. Bientôt, on en parlera plus.

Domo rewmi

À voir aussi

Traqué par le Sénégal et la police américaine, la demande d’asile politique pourrait sauver Assane Diouf

Beaucoup d’informations contradictoires circulent sur l’arrestation du Sénégalais Assane Diouf qui vit aux Etats-Unis par …

GO : Quand le professeur Hamidou Dia passe à cote

Pas d’accord du tout Depuis les idioties de Penda Ba, ca mousse de partout. Mais …