téléchargement (3)

RAPPORT SUR LE RÉFÉRENDUM DU 20 MARS Jubanti Sénégal entache la victoire du Oui

 La Coalition Jubanti Sénégal a publié un  rapport sur le référendum du 20 mars,  dans lequel elle livre des éléments ‘’concrets’’ et ‘’vérifiables’’ sur l’irrégularité et l’incrédibilité du scrutin référendaire.  

Un système bâti sur la fraude et la corruption

Avec ces correspondants déployés à l’intérieur du Sénégal et à l’étranger, la coalition Jubanti Sénégal soutient dans son rapport qu’elle va présenter à l’Ue, qu’elle a pu collecter des informations qui confirment l’impact de la corruption et de la fraude lors de ce référendum. Dans le rapport parcouru par Rewmi Quotidien, il est mentionné que des  religieux, des maires, des électeurs auraient reçu de l’argent. Ce n’est pas tout. « Des responsables du parti au pouvoir auraient acheté des cartes du Non de 5.000 F à 10.000 F Cfa. Des vivres auraient été distribués dans les quartiers pauvres pour acheter des votes. Pour un régime qui avait fait la lutte contre la corruption son cheval de bataille, c’est intriguant », précise le rapport. À Touba, les responsables du parti au pouvoir s’accusent parce qu’une partie du financement aurait été détournée par un des responsables. 10 millions de F Cfa ont été donnés aux responsables de Touba en plus d’une rallonge de 5 autres millions. Si chaque section de l’APR a reçu 15 millions de F Cfa, quel devrait être le montant exact mobilisé au niveau national ? À ce montant, faudrait-il ajouter l’argent offert à d’autres individus ; 45 millions remis à des Élus locaux de Mbacké, 30 millions remis aux femmes du PDS de Guédiawaye, 2 millions (par personne) remis à plusieurs jeunes de l’Ujtl de Guédiawaye ;  2 à 3 millions aux organes de base du Parti au pouvoir ; 5 millions à de jeunes marabouts de Touba ; 50 millions à des lutteurs, lit-on dans le rapport.

409 bureaux fictifs

Le rapport a révélé également l’existence de 409 nouveaux bureaux de vote jamais localisés sur le territoire national. Dans certains bureaux de vote de Dakar, les mandataires du Non n’ont pas reçu les listes des électeurs. Seuls les mandataires du Oui détenaient la liste des électeurs au niveau de Dakar. Le ministre de l’Intérieur militant de l’APR refusait de communiquer les listes à Dakar, mentionne le rapport dans lequel l’on accuse des responsables de l’APR qui sillonnaient les centres de vote avec des voitures L200 pour influencer le vote et proposer de l’argent aux électeurs. Au Centre de vote de Djilor (Foundiougne), les numéros des cartes d’électeur ne correspondent pas aux numéros sur les registres. À Diourbel, plusieurs centaines de personnes n’ont pas retrouvé leur bureau de vote. Des bureaux de vote ont disparu ou ont été délocalisés unilatéralement. C’est une tentative de sabotage organisée par le pouvoir pour empêcher les populations du Baol (dominé par l’Opposition) de voter. À Ouakam, il y a plusieurs électeurs non enregistrés dans les Centres de vote. À Touba, le camp du Oui a confisqué les véhicules du transport urbain pour transférer des électeurs. À Vélingara, un responsable de l’Apr a été arrêté avec des enveloppes contenant des bulletins du Oui. Au Lycée Ngalandou Diouf, au Bureau 3, les 102 premières personnes qui ont voté, n’ont pas signé sur le registre. C’est la 103ème personne qui a révélé la fraude. Plusieurs centaines d’enveloppes contenant des bulletins de Oui découvertes à Guédiawaye.

Mouhamadou BA

Voir aussi

amadouba_ecofinance

BOCAR NDIONGUE TANCE LES DETRACTEURS D’AMADOU BA ‘’Lui au moins ne traine aucune casserole’’

Le ministre Amadou Ba, à qui le président de l’APR aurait confié la direction du …