une a niass tanor-1-1

Rapprochement Wade/Macky : Niass et Tanor pourront-ils sauver la face ?

S’il est vrai que « l’ami de ton ennemi est ton ennemi », il est sera difficile pour Ousmane Tanor Dieng le leader du Parti socialiste (Ps) et Moustapha Niasse de l’Alliance des forces du progrès (Afp) de continuer à cheminer dans Benno Bokk Yakaar (BBY) comme si de rien n’était. Une chose est sûre, le rapprochement entre le président Wade, le leader du Parti démocratique sénégalais (Pds), et le président de la République Macky Sall va bouleverser le champ politique en introduisant une nouvelle donne qui pourrait augurer une reconfiguration des alliances. La réaction « d’agacement » et de réserve du patron socialiste, en dit long sur cet état de fait. Rien ne sera plus comme avant, en effet. Le président Sall, tenu en respect par le fait qu’il soit minoritaire à l’Assemblée nationale semble être dans la dynamique de chercher à se libérer de ce joug en tendant la main à ses anciens frères libéraux du Pds. Une situation qui ne manquera pas de mettre en position d’isolement nombre d’anciens alliés de BBY qui avaient bâti leur coalition sur l’opposition au régime libéral. Il s’y ajoute que nombre d’observateurs avaient perçu la main de ses alliés sur les déboires que les libéraux ont subis dont les plus marqués ont été l’emprisonnement de Karim Wade et celle de Aida Ndiongue.
Aujourd’hui, Niass et Tanor vont devoir assister à un scenario sur lequel ils n’ont aucune emprise. C’est Macky qui mène le jeu. Pis, le président Wade est dans les dispositions de récupérer ses « fils politiques » surtout le président Sall et ne manquera pas d’assoir une certaine vengeance contre ses anciens adversaires socialistes et progressistes. Pour ces derniers, le compte à rebours semble commencer à la grande surprise de tous parce qu’ils ont fait preuve, jusqu’ici, d’une loyauté sans faille au président Sall au point de mettre en jeu la cohésion de leurs partis respectifs en proie à une scission entamée pour le Ps et consommée pour l’Afp. Ils devront désormais davantage réfléchir à leur avenir politique étant entendu que leur cohabitation avec le camp libéral auprès de Macky ne sera plus de tout repos.
Alors, si le mal est déjà fait pour Niass, qui, vu son âge et les responsabilités assumées n’a plus de grandes ambitions politiques, la situation n’est pas encore irrémédiable pour le leader du Ps qui avait réussi à instaurer une certaine ambigüité qu’il pourra exploiter au moment voulu. Bien évidemment, il faudra renoncer à de nombreux avantages, une éventualité qui n’agrée pas du tout Tanor.
Les postes de ministre et autres responsabilités assumées par les socialistes pourront également être remises en cause après les législatives au regard des résultats. Comment d’ailleurs imaginer des listes communes entre BBY et le Pds ? Ce sera insolite même si rien n’est impossible en politique ? Il faudra faire son choix et Macky semble avoir fait le sien.
Comme quoi, Niass et Tanor ne maîtrisent pas forcément la situation délicate où le compagnonnage les a placés. Tout indique que c’est Macky et son parti qui s’en tireront mieux. Ils entameront un nouveau compagnonnage avec le Pds et se feront peu cas des réactions de leurs anciens alliés. Ces derniers pourront rester ou partir. Bien sûr, si le Pds n’y prend pas garde, il devra aussi subir le même sort que le Ps et l’Afp, en 2019. C’est-à-dire celui de perdre ses repaires et ses compères.

Assane Samb

Voir aussi

telechargement

Et si on en parlait… AFFAIRES KARIM, PETRO-TIM, OFNAC, REBEUSS Le Macky : un bloc bloqué

Macky est dans un étroit imbroglio. Il est à la pénible épreuve du pouvoir. Il …