Accueil / SOCIETE / RASSEMBLEMENT AVORTE CONTRE LES PRATIQUES HOMOSEXUELLES AU SENEGAL- 11 MANIFESTANTS ARRETES PUIS RELACHES, COLOBANE SE REVOLTE CONTRE LE CHOIX DE LA PLACE DE L’OBELISQUE

RASSEMBLEMENT AVORTE CONTRE LES PRATIQUES HOMOSEXUELLES AU SENEGAL- 11 MANIFESTANTS ARRETES PUIS RELACHES, COLOBANE SE REVOLTE CONTRE LE CHOIX DE LA PLACE DE L’OBELISQUE

La manifestation tant attendue contre les pratiques homosexuelles au Sénégal n’a finalement pas eu lieu, hier, comme prévue. En effet, le Collectif cde lutte contre l’homosexualité, regroupant 17 associations, s’est heurté à la population de Colobane sur le choix de la Place de l’Obélisque pour ce rassemblement. La police a dispersé la foule et 11 personnes ont été interpelées, avant d’être relâchés en début de soirée.

Déterminés à combattre les actes contre nature sous toutes ses formes, le pool des 17 associations membres du Collectif «Non à l’homosexualité» a tenté d’investir la rue, hier, pour manifester contre le phénomène de l’homosexualité qui commence à prendre de l’ampleur au Sénégal. Et cela, surtout après l’affaire des «sacs à main», portés par des hommes et qui a soulevé un tollé à travers le pays.

Mais le Collectif «Non à l’homosexualité» s’est heurté, hier, à un niet catégorique de la population de Colobane, non pas parce qu’ils sont contre le rassemblement proprement dit, mais plutôt à cause du choix de la Place de l’Obélisque pour dérouler la manifestation. Dans leur slogan on pouvait lire : «Nous ne voulons plus de manifestations à Colobane. Que personne ne mobilise plus à la Place de l’Obélisque. Y en a marre de ces manifestations ! Des jeunes de Colobane ont été emprisonnés à cause de ces politiciens. Colobane n’est pas un champ de bataille».

«Des jeunes de Colobane ont été emprisonnés à cause de ces politiciens»

Toutefois, si nombreux sont ceux qui se sont déplacés à l’endroit indiqué pour répondre à l’appel du Collectif regroupant 17 associations et organisations non gouvernementales, le rassemblement a été avortée. Les initiateurs qui n’ont pas obtenu l’autorisation de manifester été dispersés par les éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi) à coups de gaz lacrymogène. 11 manifestants ont d’ailleurs été interpellés dans les échauffourées par les forces de l’ordre. Ils ont été libérés en début de soirée.

Estimant que l’homosexualité au Sénégal ne peut entraîner que des ravages, l’imam Massamba Diop de l’Ong Jamra, un des initiateurs de l’événement, annonce qu’une nouvelle demande de manifester va être déposée dans les prochains jours.

Le Populaire

Share This:

À voir aussi

A QUELQUES SEMAINES DE L’HIVERNAGE : les populations dénoncent le mauvais comportement des comités fictifs de la lutte contre les inondations

Nul n’ignore que les inondations sont des réalités qui touchent plusieurs familles pendant l’hivernage dans …