Accueil / POLITIQUE / Réaction de Oulimata Kane, présidente de la section féminine de l’UJTL Grand Yoff : Pour le droit à l’éducation des étudiants en détention préventive !

Réaction de Oulimata Kane, présidente de la section féminine de l’UJTL Grand Yoff : Pour le droit à l’éducation des étudiants en détention préventive !

Depuis le 23 mars 2015, jour du « vers DIC » honteux du procès de Karim Wade, la justice sénégalaise détient en otage Toussaint Manga et d’autres jeunes de l’UJTL.

Ce qui paraissait au début pour l’opinion nationale et internationale comme une intimidation, un acte politique, une stratégie de museler la vaillante jeunesse libérale en emprisonnant de façon provisoire son leader, demeure en toute évidence aujourd’hui, une cabale savamment orchestrée dont le but est d’hypothéquer l’avenir de jeunes sénégalais.

Cela fait quatre mois et 12 jours que Toussaint et compagnies sont dans les geôles de la justice sénégalaise sans aucun verdict, juste en attente dans un flou total car ils ne sont ni condamnés, ni acquittés.

Si le Dr Toussaint Manga a déjà terminé ses études, tel n’est pas le cas pour les autres détenus parmi lesquels Sérigne Abo Mbacké Thiam (étudiant de 20 ans en deuxième année de droit à l’UCAD).

Nous tenons donc à attirer l’attention de tous les sénégalais épris de justice que ce régime est en train de sacrifier de pauvres étudiants, qui ont déjà perdu au grand regret l’année académique en cours.

Notre pays a pourtant bien ratifié la convention sur le droit à l’éducation mais hélas l’applique d’une tout autre manière, en embastillant cette jeunesse qui symbolise l’espoir et la relève de demain.

Nous accordons le « doute » que le Président de la République n’a pas surement toutes les informations sur le caractère sensible du dossier et le crime commis en « tuant »ces jeunes, en leur privant injustement du droit fondamental à l’éducation.

Priver un étudiant de cours, c’est comme dire au paysan de ne pas cultiver alors qu’il pleut, ou au juge de ne pas officier alors que c’est sa vocation, ou à l’avocat de ne pas plaider, ou encore au médecin de ne pas soigner les malades. Non seulement ils vont désapprendre mais la justice va les transformer en personnes aigries qui risquent de perdre toute ambition dans la vie.

Quatre mois de privation d’études pour des étudiants qui n’ont eu que la malchance d’être au mauvais endroit, au mauvais moment, nous disons trop c’est trop !

Ressaisissez-vous ! Monsieur le Président car ces jeunes constituent les espoirs de leurs familles qui ont investi pour leur éducation. Cette détention préventive a plus que duré et vous ne pouvez mesurer l’ampleur du désespoir au niveau de leurs parents qui, jour et nuit souffrent dans leur chair et dans leur âme.

C’est pourquoi, la section féminine de l’UJTL de grand Yoff, se donne le devoir de dénoncer avec tout le respect dû à la justice sénégalaise, cette forfaiture qui n’honore ni notre pays le Sénégal, ni le peuple sénégalais, ni notre système éducatif, et encore moins notre justice.

Notre pays le Sénégal a toujours été cité comme modèle dans les pays de démocratie en Afrique, veuillez donc Monsieur le Président maintenir ce flambeau qui fait notre fierté en tant que sénégalais.

Vive le PDS

Vive l’UJTL

Vive la section féminine de l’UJTL de Grand Yoff

Oulimata Kane

Présidente section féminine UJTL Grand Yoff

Share This:

À voir aussi

COMMUNE DE KAMB Les conseillers municipaux à l’école de la gestion foncière

Dans le département de Linguère, pour une gestion efficiente du foncier dans sa commune, le …