24 novembre, 2014
Accueil » POLITIQUE » REACTIONS DES LIBERAUX LORS DU VOTE DE LA MOTION DE CENSURE « C’est une honte, vous êtes un délinquant »
REACTIONS DES LIBERAUX LORS DU VOTE DE LA MOTION DE CENSURE « C’est une honte, vous êtes un délinquant »

REACTIONS DES LIBERAUX LORS DU VOTE DE LA MOTION DE CENSURE « C’est une honte, vous êtes un délinquant »

Les libéraux ont, hier, lors du vote de la motion de censure servi des vertes et pas des mures au Premier ministre qui a, cependant, fait part d’un véritable sens de la répartie. Ousmane Ngom ou encore Oumar Sarr ont, tour à tour, traité Abdoul Mbaye de délinquant et d’une honte pour le Sénégal.
C’est sous des huées que le député Ousmane Ngom a pris la parole, pour donner plus d’explications sur la motion de censure. Simulant un procès de Hisséne Habré, l’ancien ministre, sous les vociférations « Mamadou Diop » ou encore « Assassins » des députés de la majorité, de noter : « Mercredi 2 Janvier 2013, Abdoul Mbaye est appelé à la barre, comme témoin ou partie civile ». « Ceux qui s’attendaient au procès de Hissene Habré assistent à celui du Sénégal et du 1er ministre », ajoutera-t-il, avant d’inviter ces collègues à éviter cette humiliation au Sénégal. Evoquant la question de la licence millicom, le député libéral de préciser : « le Sénégal a perdu 125 milliards en une seule année. Vous avez bradé la licence, le mercredi 29 août, à 50 milliards, alors que, selon les experts, elle vaut 165 milliards. La licence Sudatel Expresso a été vendue à 100 milliards. Où sont passés les 125 milliards ».

Son collègue Oumar Sarr, abondant dans le même sens de l’affaire Habré, traitera le premier ministre de délinquant. « Avec notre connaissance du dossier et votre conférence-aveu, vous êtes un délinquant. Mais, cette délinquance, est-elle une criminalité organisée ? Certainement, les deux, avec certains de vos alliés dans le Gouvernement », révélera-t-il. Selon le wadiste, il sera impossible au Premier ministre de rester au Gouvernement, pendant qu’Habré est jugé au Sénégal. « D’une manière ou d’une autre, vous quitterez ce gouvernement. (…) Vous devez dégagez. Nous sommes avec la vérité historique, nous vaincrons », a-t-il assuré.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN