Accueil / FAITS DIVERS / REBELLION, OUTRAGE A AGENT ET TAPAGE NOCTURNE Le défi d’un jeune apériste aux gendarmes, la plainte du douanier et le procès

REBELLION, OUTRAGE A AGENT ET TAPAGE NOCTURNE Le défi d’un jeune apériste aux gendarmes, la plainte du douanier et le procès

Moussa Sall, étudiant en Transit à la Chambre de commerce de Dakar a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour rébellion, outrage à agent de la fonction publique dans l’exercice de ses fonctions, pollution sonore et tapage nocturne. Il a été condamné à 2 mois assortis du sursis.

Les faits

Il ressort des débats d’audience que c’est le douanier Cheikh Diouf qui a saisi d’une plainte la gendarmerie de Foire pour les informer tapage nocturne contre un groupe de jeunes qui s’afféraient autour du thé tous les soirs devant un atelier de couture appartenant Awa Traoré sis à Ouest Foire. Interrogée par les enquêteurs, la dame a soutenu qu’elle remet les clés de son atelier à son neveu Saër Sarr, tous les soirs après sa descente. Elle a indiqué que son neveu vend des chaussures devant son atelier les nuits et, ce lieu constitue un point de rencontre pour les jeunes. Entendu à son tour, le plaignant a déclaré que personne ne peut vivre tranquillement dans le quartier à cause des jeunes qui, chaque nuit, occupent les lieux. Ils font du tapage avec non seulement une chaîne à musique mais aussi avec des discussions à hautes voix. A l’en croire, il a essayé à plusieurs reprises de les faire savoir qu’ils dérangeaient les habitants du quartier mais en vain.

Lorsqu’il a porté plainte, dit-il, la maman de Saër Sarr a menacé d’incendier sa maison avec la complicité des jeunes si ce dernier maintenait sa plainte. Il faut dire que quand les gendarmes sont venus remettre  à Awa sa convocation, les jeunes leur ont opposé une résistance.  L’officier de police judiciaire a indiqué que c’est Moussa Sall qui s’est opposé à son arrestation disant aux gendarmes qu’ils ne pouvaient rien contre lui. Car, il est un membre de la Convergence de la jeunesse républicaine (Cojer). Pis, il a proféré des injures à l’encontre des gendarmes. Les pandores ont fait marche en arrière avant d’appeler du renfort. C’est sur ces entrefaites que 15 autres éléments se sont déplacés sur les lieux à bord de 3 pick-up. Sous le coup de la peur, les jeunes ont pris la fuite.

Cependant, Awa Traoré et Saër Sarr ont été arrêtés et jugés lundi dernier. Ils ont été condamnés à payer une amende de 50 mille francs. Toutefois, les gendarmes ont poursuivi les recherches avant de mettre la main sur Moussa Sall, le 11 juin dernier, lors d’une patrouille. Devant la barre, il a nié les faits arguant qu’ils ne dérangent personne dans le quartier. Après ses cours à 18 heures, dit-il, avec l’aide de ses amis, ils distribuent des « Ndogou » aux passants et après cela, il rentre pour se reposer. Sur une question de savoir s’il a insulté les gendarmes, il a déclaré qu’il était furieux ce jour-là avant de piquer une crise. Donc, il ne pouvait pas se rappeler de ce qui s’est passé par la suite. Dans ses réquisitions, le parquet a requis deux mois de prison ferme. La défense quant à elle à demander à titre principal la relaxe et à titre subsidiaire une peine d’amende. Finalement il a écopé d’une peine d’avertissement c’est-à-dire 2 mois assortis de sursis.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Un « colonel » de l’armée sénégalaise tombe

Les hommes du commissaire de police de Yeumbeul, Ibrahima Diouf, ont démasqué, puis mis aux …

Yeumbeul: Un boulanger surpris avec une brebis dans un bâtiment

Le quartier Diogoye Sène de Yeumbeul Bène Baraque est secoué par une affaire de zoophilie. …

Un commentaire

  1. Dilate la Rate

    C’est le nouveau sport national la distribution de ndogou à chaque coin de rue, pratique que l’on a jamais connu dans Dakar. On s’autorise tout sous le prétexte religieux.
    On ne sait pas ou l’on va, mais on y va surement