ACTUALITE

REBONDISSEMENT DANS LA BATAILLE POLITIQUE DE BAMBEY Pape Diouf sert une sommation à Aïda Mbodj qui reste…introuvable

  • Date: 26 septembre 2016

C’est à n’y rien comprendre pour les deux huissiers de justice commis par l’avocat de l’ancien Ministre Pape Diouf, responsable politique à Bambey.

Munis d’une sommation interpellative, les deux auxiliaires de Justice n’arrivent pas, depuis au moins deux semaines, à mettre la main sur Aïda Mbodj, député et présidente déchue du Conseil départemental de Bambey. Entre sa résidence de Dakar et celle de Bambey, c’est une valse incessante, digne des danseurs de tango. A Chaque fois, ils s’entendent dire qu’elle n’est pas là. Conséquence, ils n’arrivent pas à faire leur travail, c’est-à-dire remettre à qui de droit l’acte devant pousser la responsable politique libérale de Bambey à venir s’expliquer devant la barre.

En fait, de quoi s’agit-il ? Suite à sa conférence de presse du 23 août dernier, Aïda Mbodj s’était sévèrement attaquée à Pape Diouf, traité de tous les noms d’oiseau. Devant un parterre de journalistes, de responsables politiques et de militants acquis à sa cause, elle a sorti ses griffes et versé dans des attaques qui ont surpris plus d’un.

Elle s’était estimée offensée et en a fait une affaire personnelle. Une sortie qui fait suite à celle de l’actuel président du Conseil de surveillance de la Société nationale de recouvrement (Snr). Dans cette rencontre avec la presse quelques jours plus tôt, Pape Diouf ne cachait pas son optimisme par rapport à la très probable future victoire de la coalition Benno Bokk Yakaar à laquelle son mouvement le MDR (Mouvement pour la Démocratie et la République) appartient. Il faisait notamment remarquer que le nombre écrasant de conseillers de Bby ôtait toute chance à tout autre postulant à cette élection. « Tant que les listes ne sont pas sorties, nous connaissons avec qui nous avons affaire. Si au finish, on constate qu’il n’y a pas d’adversaires, nous allons tirer la conclusion. Quand on a la configuration du nombre de conseillers de Benno, ce serait un suicide de chercher à lui barrer la route. Connaissant le terrain, ces libéraux  de Bambey savent en quoi sans tenir », faisait-il remarquer.

Aïda Mbodj s’est sentie visée, étant entendu que le Parti démocratique sénégalais de la localité avait décidé de boycotter le scrutin contre les orientations du Comité Directeur du parti, comme Pape Diouf a eu à le souligner.

Si l’ancien ministre a mis des gants en évitant de citer nommément Aïda Mbodj, cela n’a pas été le cas de cette dernière qui a réagi avec véhémence.

Du coup, Pape Diouf qui dit ne pas comprendre cette violence verbale, a décidé de réagir. Il a saisi son avocat pour une sommation interpellative. Mais avant cela, enregistrements, articles de presse et vidéos avaient été réunis.

L’ancien Maire de Bambey reste déterminé à ne pas laisser passer cette attaque qu’il qualifie de énième d’Aïda Mbodj contre sa personne. Pape Diouf dit ne pas laisser passer cette fois-ci, déterminé qu’il est à saisir la justice pour que la responsable politique libérale s’explique sur ses propos.

« Au tribunal, elle dira tout ce qu’elle sait sur moi, elle qui dit détenir des secrets », fulmine M. Diouf, très remonté.
Il faut préciser que l’’atmosphère est pesante dans les cercles politiques de Bambey où l’adversité a pris des relents d’animosité. Les hommes politiques, souvent obligés de se croiser dans les nombreuses cérémonies où les populations les convient, ne se saluent même pas. Cette rivalité s’est accentuée quand la Présidente du Conseil départemental a été déchue de son poste pour cumul de mandats, à la demande des membres de la coalition Bby. L’humiliation infligée au député libéral a été d’autant plus forte qu’une autre plainte a été annoncée contre sa remplaçante, notamment pour incompétence.

Qui plus est, parmi les proches de Pape Diouf, on annonce un acharnement d’Aïda Mbodj contre leur leader, lequel dépasse la simple rivalité politique.

C’est pourquoi, il faudra, soulignent-ils, qu’elle daigne recevoir la sommation à moins qu’il ne s’agisse de dilatoire de la part du député pour ne pas devoir s’expliquer devant la justice.

Mais Pape Diouf reste déterminé à en découdre cette fois-ci.

La bataille politique de Bambey va ainsi entrer dans sa phase judiciaire.

Assane Samb

2 Comments

  1. Pape Diouf n’est une cible gratuite ou hasardeuse de cette dame. Au plan politique, son assise est réelle malgré tout ce qu’il a vécu en tant qu’opposant, pape Diouf est la 2ème force politique au sein de la coalition BBY à Bambey.Aida Mbodji sait que Pape Diouf est son seul et véritable rival à Bambey et qu’au sein de Benno Bokk Yaakaar si la sincérité accompagne les actions, elle sera obligée d’anticiper sa retraite politique0. Les 11 communes sur les 12 que comptent le département sont sous contrôle de la coalition présidentielle.La dame a été battue au référendum, elle a fui le combat à l’élection au HCCT.Aux derniéres législatives, elle est allée se cacher dans la liste nationale pour être élus.Aux prochaines législatives, si les frustrations nées du choix des candidats au HCCT sont réglées, à coup sûr, elle cessera de tympaniser les gens.

  2. Il ne faut pas cette fois ci la lâcher, car au delà de la chose politique, c’est une question d’honneur .Depuis des années le régime actuel la laisse faire avec une radio qui a longueur de journée ne dit que du mal des ses adversaires.
    Ce serait une œuvre de salubrité publique de s’intéresser sérieusement à cette radio pour savoir quel est son statut réel, qui paye le personnel, d’où vient, le matériel. Les réponses à ces questions révéleront des choses ahurissantes.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15