Accueil / ECONOMIE / Recapitalisation de la Sénélec : 65 milliards de cash pour amortir le cours du brut et… en finir avec les délestages ?

Recapitalisation de la Sénélec : 65 milliards de cash pour amortir le cours du brut et… en finir avec les délestages ?

La recapitalisation de la Senelec, il l’avait annoncée pour avant décembre 2007. Le ministre de l’Energie pourra tenir sa parole puisque ce jour, lundi 30 juillet 2007, 65 milliards de FCfa seront injectés dans le capital de l’entreprise à courant.

Source : Sudonline
Avec un déficit chronique de trésorerie qui se chiffrerait à quelque 77 milliards de FCfa, la situation financière de la Senelec n’est pas du tout enviable et ne lui permet nullement d’amorcer un quelconque redressement. Aussi, les 65 milliards de FCfa que l’Etat sénégalais va injecter dans les caisses, dès ce lundi 30 juillet 2007, représentent une bouffée d’air frais pour l’entreprise qui n’en peut plus de ployer sous la bérézina financière. Dès sa première sortie après sa nomination, le ministre de l’Energie Samuel Sarr avait annoncé la recapitalisation prochaine de la Senelec avant le mois de décembre 2007. Voici que cela se fait trois mois à l’avance. Comme il le disait, « le problème est essentiellement de trésorerie et découle aussi de l’augmentation du prix du baril de pétrole sur le marché mondial ». Aussi, ces 65 milliards de FCfa vont-ils d’abord permettre à la Senelec d’échapper au dépôt de son bilan et partant de régler le problème de l’approvisionnement en combustible.

La recapitalisation de la boîte représente ainsi le préalable majeur pour prétendre régler tous les autres problèmes auxquels le secteur de l’électricité est confronté. En somme, mettre en œuvre les réformes nécessaires pour une sortie de crise définitive. Dans cette veine, la poursuite de son programme d’investissements et la modernisation institutionnelle sont en cours si l’on considère la construction de la centrale de Tobène de 2×70 mW dont l’appel d’offres devrait être lancé sous peu, mais aussi la centrale à charbon de 125 mW mais qui, elle, est prévue pour dans trois ans dans le cadre de la diversification des sources d’énergie.

D’ores et déjà, l’entrée en service, si elle se fait vite, de la centrale de Kounoune 1, devrait permettre de résorber de manière conséquente le déficit de production et donc les sempiternels délestages.

Pour l’heure, avec du cash dans les caisses, l’entreprise à courant devrait être à mesure de faire face aux urgences pour sa survie mais aussi aux incidences du cours du baril sur le consommateur.


À voir aussi

Forte dégradation du déficit commercial du Sénégal

Le déficit commercial du Sénégal s’est fortement dégradé de 81,1 milliards de FCFA (environ 137,870 …

WACA lancé à Dakar pour améliorer la gestion des risques

Le lancement de la plateforme WACA (West Africa Coast Area  Management Programm) s’est déroulé hier …