ACTUALITE

Réconciliation WADE-MACKY SALL- Qui a mis du sable dans le couscous ?

  • Date: 4 décembre 2015

Deux présidents enfin réunis. Abdoulaye Wade et Macky Sall mitraillés par les flashes des photographes, après une poignée de main. Le scénario est-il possible ? Après l’appel des religieux, les politiques prennent la balle au rebond pour un Sénégal apaisé et une concorde nationale. Qui va faire des concessions entre ces deux hommes liés par une belle amitié et un grand respect mutuel.

En 2007, Abdoulaye Wade et Macky Sall ont battu campagne ensemble, dans une belle ambiance. Le Premier ministre d’alors avait déjà balisé le terrain, pour avoir été, à l’unanimité, choisi pour diriger la Task force. Une campagne qui a tenu toutes ses promesses. Lors de son passage au Fouta, tout était nickel. Avec son sens de l’humour, Wade demandait à son « fils » de parler en toute liberté. Faut dire que les deux hommes ont réussi à booster l’économie sénégalaise car la confiance régnait en maître absolu. Mais il a fallu se séparer.

Lors de la campagne 2012, ce n’était pas fortuit, toutes les fois où les deux cortèges se croisaient, où chaque candidat regardait l’autre. Sans animosité. Après le verdict, Me Abdoulaye Wade a accepté le choix du peuple. Il s’est rendu au palais pour passer le témoin au bon élève. Côte à côte dans le salon présidentiel, il a formulé des prières à l’endroit de Macky Sall au sortir de la Maison Blanche. Mais c’est dommage que le Sénégal, après 3 ans, se retrouve dans des situations sans précédent. La grande famille libérale se déchire. Chacun veut tirer la couverture sur soi. Mais ce sont tous des « Wadistes ». Il leur a enseigné le libéralisme, sous toutes ses formes. Il a sorti les plus beaux projets pour faire décoller le Sénégal. Et Macky Sall a contribué à cette marche.

Mais en trois ans, rien ne va plus. Du sable non, pour les projets et programmes, mais pour gripper la machine de la réconciliation. Une réconciliation très attendue. Mais dans chaque camp, on se regarde en chiens de faïence. Personne ne veut faire de concessions. Pourtant, une visite surprise de l’actuel Président aurait été un acte fort. Qu’importe-le quand dira-t-on. Parce qu’aujourd’hui le Sénégal doit s’émanciper et ne plus être l’otage de lobbies. A-t-on vu un ressortissant européen, jeter le discrédit devant les caméras de Tv sénégalaises. Impensable. A-t-on été témoin d’une manifestation de jeunes yankees dans une salle privée ? Même pas dans un sketch.

Le Sénégal n’est pas la France. Nous n’avons ni les mêmes coutumes, ni les mêmes préoccupations. Le Sénégal est un pays de tolérance, d’harmonie entre toutes les religions et de cousinages à plaisanteries. Les Diop taquinent les Ndiayènes. Les Sérères et Halpoulars s’apprécient. Dans un autre pays, on peut avoir le même nom et ne rien partager. Pas même un bout de cigarette. Au Sénégal, les confréries font partie des régulateurs sociaux. Et le bon voisinage, l’arbre à palabres sont des espaces d’expression plus conviviaux que les réseaux sociaux. On se voit, on se parle, on s’entraide. Dans les lieux de culte, on partage les expériences.

Il ne devait pas y avoir de sujets tabous entre les deux hommes. Il devait être un allié de taille pour Macky Sall, trop jeune, trop esseulé, avec suffisamment d’énergie pour diriger le Sénégal. Il lui manque juste le sel, pas iodé mais marin, pour comprendre. Il n’est jamais trop tard. Abdoulaye Wade à plus de 80 ans et ne vise pas pour l’instant le fauteuil présidentiel à moins que…Et ses projets qu’il a muris depuis les années estudiantines sont du béton.

Ndèye DIAW                    

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15