Accueil / ACTUALITES / Recrudescence du paludisme à Kolda 241 femmes enceintes touchées en 2017

Recrudescence du paludisme à Kolda 241 femmes enceintes touchées en 2017

 

Le paludisme refait surface à Kolda. Rien qu’au 3ème trimestre de 2017, 241 femmes ont été touchées par la maladie. A l’origine, la rupture de l’antipaludéen appelé sulfadoxine-pyriméthamine (SP).

Alors que le Nord du pays converge vers l’élimination du paludisme, il est malheureux de constater que cette maladie fait son réapparition dans le Sud du pays. Alors que le paludisme chez les femmes enceintes était en nette baisse, le nombre de cas notifiés en 2017 a grimpé à 241 au courant des trois derniers mois. La révélation a été faite hier par la coordonnatrice de la santé de la reproduction du district de Kolda, Mme Lô Aissatou Dieng, à l’occasion d’un atelier de formation sur la SR des journalistes de Kolda. A l’origine du retour du paludisme chez les femmes enceintes, la rupture de l’antipaludéen appelé sulfadoxine-pyriméthamine (SP). Il s’agit d’un médicament qui est plutôt utilisé pour le traitement préventif intermittent du paludisme, au cours duquel les femmes enceintes le reçoivent lors des visites prénatales de routine, qu’elles soient ou non infectées par le paludisme. Même s’il n’y a eu aucun décès enregistré, il y a beaucoup de cas de complications (avortements, mort-nés, accouchements prématurées, rétention d’œuf mort …), a-t-elle fait savoir, avant de révéler que le fort taux de morbidité palustre chez les femmes enceintes remontait entre 2013 et 2014, et compris respectivement entre 291 et 221 cas. Cette rupture entraine de sérieuses difficultés dans le traitement rapide et efficace du paludisme des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes, mettant ainsi encore plus leur survie en danger. Tout en reconnaissant les multiples challenges auxquels le gouvernement actuel fait face pour soulager les populations, il est plus qu’urgent de prendre des mesures rapides pour pallier cette rupture. Si rien n’est fait, cela risque de conduire à un recul considérable des acquis de notre système de santé avec l’augmentation de la mortalité due au paludisme. Les autorités sanitaires de Kolda interpellent ainsi le Gouvernement sur la question, et pour cause. La santé de ces deux groupes de population (femme enceinte, enfant) est une priorité et une urgence. Les ressources financières adéquates doivent être mises à dispositions pour résoudre cette situation et garantir leur prise en charge gratuite dans la mise en œuvre de l’assurance maladie universelle. Pour rappel, le Sénégal a souscrit aux initiatives mondiales et engagements pour éviter de telles situations.

Mouhamed Ba

À voir aussi

Gestion du cadre de vie

Une foire à l’hygiène et à l’assainissement s’est ouvert hier à Tattaguine dans la région …

Le « Gouvernement du Sénégal » finance l’entrée en politique du frère du Président Sall

REWMI.COM- Ady Sall, l’autre petit frère du Président Macky Sall va soutenir activement son Grand …