Accueil / ACTUALITES / Réduction de la fracture sociale- La RSE comme panacée.

Réduction de la fracture sociale- La RSE comme panacée.

La Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) favoriserait les perspectives  économiques d’un paysage social, meilleur et stable.

Malgré ses embellies économiques, le Sénégal demeure une terre où la pauvreté fait encore rage. La faute à des politiques qui, au fil des décennies, n’ont pas réellement pris en compte cette dimension. Et on parle constamment de la fameuse équation qui voudrait que 20% des riches accaparent 80% des richesses.  Les coûts sociaux de la pauvreté sont donc beaucoup plus profonds. Ils s’expriment  ainsi à travers l’incapacité d’une large frange de la population à se prendre en charge dans le domaine du logement, à s’insérer dans le marché du travail.  Mais lavènement du Meds a permis d’aller au-delà des vœux pieux et donner des raisons d’espérer, pour cause. Le Mouvement des entreprises du Sénégal s’est fixé un défi : promouvoir une croissance créatrice d’emplois et bénéficiant aux pauvres. A travers la Rse, il a été reconnu, à l’occasion des assises économiques du Meds, cuvée 15, que la dynamisation du secteur privé constituaient les clefs d’une croissance inclusive et durable sur le long terme. Sous ce rapport, le président du Meds exhorte l’entreprise à poser, elle-même, des propositions et des actes concrets à travers leur participation dans la Rse. En quoi faisant ! Selon Mbagnick Diop, les entreprises doivent prendre leur part de responsabilité en tant qu’acteurs de la vie économique en s’impliquant dans les questions relatives au développement local dans la façon d’allier création de richesse et développement durable. A son avis, la Croissance inclusive cherche à combiner l’efficience économique, l’équité et la justice sociale dans une interaction permanente. D’où, dit-il, la croissance économie du Sénégal devrait générer plus d’emplois, plus d’égalité et plus de stabilité sociale, afin d’assurer des meilleures conditions de vie aux populations.

Les raisons d’espérer !

 Les assises économiques du Meds ont étés saisies au rebond par  le Premier ministre venu présider la cérémonie d’ouverture au King Fahd palace. Ainsi l’Etat du Sénégal s’est-il félicité de l’initiative du Meds et entend le soutenir «dynamiquement». En tout cas, le Boss de la primature dira, en toute intelligibilité que «l’initiative sera portée à l’attention du chef de l’Etat, Macky Sall. Tout en se félicitant de la tenue des assises économiques 2015. Aussi Mouhamed Boun Abdallah Dionne a-t-il exhorté le Président Mbagnick Diop, à contribuer à créer  un courant continu entre les pouvoirs publics et le secteur privé par le biais des entreprises dans l’attente des objectifs de croissance solidaire. «Le nouveau paradigme de la croissance solidaire place ainsi l’entreprise au cœur des préoccupations de la société. La situation incite donc à l’action et notre gouvernement, est très attentif à l’amélioration de l’environnement des affaires, pour le dynamisme, la créativité, la qualité des produits fabriqués par nos entreprises, qui doivent toujours viser la conquête de nouveaux marchés», dira-t-il, tout penaud. .Avant d’ajouter : «Nous sommes, nous dirigeants publics et privés, assujettis au même impératif moral, social et économique à savoir la prise en compte des limites de notre milieu naturel et l’obligation subséquente de tenir compte des intérêts  et des besoins des générations à venir». C’est pourquoi le Pm exhorte le Meds et le secteur public à créer  et entretenir cet espace de dialogue dont la vocation est d’aider l’entreprise à mieux identifier les demandes de la société, les besoins des hommes et les contraintes de l’environnement. Et pour finir sur une note plein d’espoir et d’espérance, Dionne soutient que le thème des assises économiques du Meds a le double mérite de faire l’état des lieux et de tracer des perspectives.

Salamraky

Share This:

À voir aussi

TRANSPORT EN COMMUN : Une enveloppe de plus 184 milliards de frs CFA décaissée pour la mobilité urbaine

Dans un souci de faciliter la mobilité urbaine, la Banque Mondiale a approuvé le financement …