inondation1_dk

RÉDUCTION DES RISQUES D’INONDATION EN BANLIEUE : Le PROGEP a impacté positivement sur la vie de 156 mille habitants

Pour réduire les risques d’inondations dans les zones périurbaines de Dakar, l’Etat du Sénégal, à travers le Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation aux changements climatiques (PROGEP), a injecté 37,4 milliards de Fcfa, impactant positivement sur la vie de 156 000 habitants de la banlieue

Le Projet de Gestion des Eaux Pluviales et d’application au changement climatique (PROGEP), en collaboration avec l’Adm, a organisé, mardi, une journée d’information avec la presse dans le cadre de son projet de réduction des risques d’inondation dans la banlieue. Ainsi, les 37 milliards déjà investis par l’ADM dans le PROGEP ont permis la réalisation de Huit (08) Bassins d’une capacité cumulée de 315 000 m3 qui ont positivement impacté la vie de 156 000 habitants sur une superficie de 420 hectares répartis dans les zones de Dalifort, Wakhinane, Thiourour, Bagdad-Nietty Mbar et Médina Gounass, selon Mari Ndao, directrice du PROGEP. Au total, 660 hectares seront protégés contre les inondations et environ 550. 000 personnes habitant les zones de Dalifort, Thiourour, Yeumbeul Nord et Mbeubeuss en bénéficieront. Selon Bachir Fofana, responsable de la Communication de l’Agence de développement municipal (Adm), la phase 1 du PROGEP (Dalifort, Médina Gounass, Djiddah Thiaroye Kao, Wakhinane Nimzatt, Yeumbeul Sud) est terminée et la phase 2 (la tranche 1 de Yeumbeul Nord) est en cours. Ces travaux, explique-t-il, ont permis la réalisation de plus de 12 km de canalisation pour évacuer les eaux de pluie par un système gravitaire, de près de 20km de voirie en pavés (sous lesquels sont enterrées les canalisations) pour améliorer la mobilité urbaine. Et autour des bassins, dans le cadre de l’ingénierie sociale qui accompagne le PROGEP, des Projets d’investissement communautaire (aire de jeu pour enfants, aire de détente, équipements sportifs, végétation) ont renforcé les équipements des collectivités locales, tout en socialisant les ouvrages qui sont plus des mouroirs (12 victimes enregistrées avant l’intervention de l’ADM), a-t-il ajouté. A l’en croire, les populations ressentent aujourd’hui de moins en moins les effets néfastes des inondations contrairement à 2012. A titre illustratif, poursuit-il, les inondations de 2009 ont causé d’importants impacts économiques, sociaux, financiers et environnementaux. En effet, d’après une étude de la Banque Mondiale, ces inondations ont affecté 360 000 personnes au Sénégal (sur une superficie de 12 km²), souvent parmi les plus pauvres, et causé des dommages importants aux habitations, aux infrastructures urbaines, aux centres de santé et aux écoles. Cette même étude, a-t-il noté, a estimé les impacts économiques des inondations à plus de 82 millions de dollars, soit 41 milliards de francs CFA. A signaler que le PROGEP, exécuté par l’ADM sur financement de l’Etat du Sénégal, de la Banque mondiale et du Fonds Nordique de Développement (FND), est lancé en 2013 et prendra fin en 2019. Il est doté d’un budget global de 57,9 milliards de francs CFA.

Khady Thiam COLY

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …