images

RÉDUCTION DU TAUX DE MORTALITÉ MATERNELLE ET INFANTILE Un plan d’action mis sur pied

Chaque jour, 4 femmes meurent des suites de grossesse, d’accouchement ou du post partum et 76 enfants meurent avant l’âge de 5 ans. Fort de ce constat macabre, le ministre de la Santé et de l’Action sociale,  Awa Marie Coll Seck, a lancé, hier, l’Alliance de plaidoyer sur la santé, la reproduction et la survie de l’enfant.  Un plan d’action a été mis sur pied pour combattre le fléau.

C’est dans le but de permettre une  meilleure implication dans la définition des objectifs et des actions multisectorielles de plaidoyer qui contribueront à la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile que la cérémonie a eu lieu. « Ce thème est d’une brulante actualité. Il nous interpelle tous parce que s’inscrivant au cœur des politiques de développement de notre pays. En plus, la santé maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent demeure une priorité », a affirmé le Pr Awa Marie Colle Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale. Selon elle, la réduction du lourd fardeau de la morbidité et de la mortalité maternelle et infanto-juvénile est placée au Sénégal comme la première priorité de la politique de santé déclinée dans le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2009-2018.

Pour réaliser cette volonté politique,  le pays s’est engagé dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) 4 et 5 et dans la perspective des Objectifs pour un Développement Durable (ODD). « Nous devons encore relever de nombreux défis avant d’atteindre les objectifs fixés dans le cadre des ODD », a-t-elle fait savoir. Notons que les résultats des dernières enquêtes démographiques et de santé ont montré une baisse progressive des indicateurs de mortalité maternelle et infantile.

Cependant, le chef de la santé  regrette  « ce tableau sombre dû à plusieurs facteurs, largement identifiés et pour l’essentiel évitables ». Sur ce, elle assure qu’il faut arriver à bout de l’ensemble des fléaux et faire reculer significativement les décès évitables avec l’appui et la mobilisation de tous. « C’est la synergie de toutes les parties prenantes qui peut nous valoir de réelles satisfactions. C’est à cela que répond le Plan de plaidoyer national pour une réduction de la mortalité maternelle, néonatale, infantile et infanto-juvénile pour lequel cette alliance que nous lançons aujourd’hui est mise en place », explique-t-elle.

Selon le Dr Théo Chiminimana, représentant de l’OMS, la santé est « un état complet de bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». C’est la raison pour laquelle, l’accélération et l’intensification des interventions en direction de la santé a nécessité au Sénégal l’implication de tous les secteurs concernés par les déterminants de la santé.

Khady Thiam Coly

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …