POLITIQUE

RÉDUCTION DU TRAIN DE VIE DE L’ÉTAT- Macky Sall met fin à la bamboula des Dg et ministres

  • Date: 30 juin 2016

Le ton était à la rigueur et à la rationalisation des dépenses courantes de l’État lors de la réunion du Conseil des ministres. Macky Sall a instruit son  Premier ministre de prendre toutes les mesures requises pour veiller au respect des plafonds assignés à chaque service de l’État en matière de consommation et soustraire l’État des niches de gaspillages en ce qui concerne l’électricité,  du téléphone et l’eau.

 Le Conseil des ministres d’hier est plus édifiant sur la volonté du pouvoir d’économiser pour l’État, de rationaliser les ressources publiques.  Il saute à l’œil que l’État est dans la dynamique d’optimiser ses ressources. La règle d’or : faire la politique de ses moyens. L’heure est au dégraissage. Le Gouvernement de la rupture se débarrasse de tout ce qui encombre et entrave le décollage socio-économique du pays. Preuve par neuf. En effet, lors de ce conclave gouvernemental, Macky Sall a donné des instructions fermes à Mahammad Boun Abdallah Dionne de prendre « toutes les dispositions et modalités nécessaires pour une meilleure gestion des factures de loyer, de téléphone, d’eau et d’électricité de l’État, et de résorber les arriérés de paiement dus aux bailleurs et concessionnaires, au plus tard à la fin du mois de juillet 2016 ». Ainsi, dans l’optique du renforcement de la rationalisation de l’utilisation des ressources publiques, le chef de l’État demande au Premier ministre, après analyse et évaluation des différents fonds, projets, et programmes, de lui soumettre un dispositif réglementaire d’organisation et de fonctionnement uniforme, en vue d’une plus grande efficacité dans leurs interventions. Concernant les projets et programmes déroulés par les principaux organes d’exécution de nos politiques publiques le président de la République invite le Premier ministre à tenir avec leurs différents responsables et  dans les meilleurs délais,  une réunion de cadrage pour  élaborer un schéma stratégique de mise en cohérence et de rationalisation de leurs interventions.

Par ailleurs, le président de la République, Macky Sall, a demandé, hier, en Conseil des ministres, à son Gouvernement de conduire « dans les meilleurs délais », un processus de révision globale des cadres juridiques des agences d’exécution des politiques publiques. À ce sujet, il a indiqué au Gouvernement l’impératif de renforcer les pouvoirs de la tutelle technique, de rendre obligatoire, pour chaque agence, l’adoption d’un plan stratégique, d’un dispositif d’évaluation, et la signature, avec l’État, d’un contrat de performance, ou d’objectifs et de moyens. Aussi, le président de la République a-t-il demandé à son PM, de lui faire parvenir, au plus tard, en fin décembre 2016, le projet de nouveau cadre de gouvernance des agences d’exécution qui tient compte des logiques de performance qui ont prévalu à leur création et des principes définis par la loi d’orientation sur les agences d’exécution. Ce n’est pas tout. Macky Sall a exhorté Dionne à coordonner l’organisation d’une conférence annuelle des agences d’exécution. Abordant dans la même perspective la nécessité de consolider les performances macroéconomiques importantes réalisées depuis 2012, et d’atténuer les risques budgétaires liés au secteur parapublic, en vue d’assurer correctement la contribution de l’Etat au financement du PSE, le Président de la République a invité le Premier Ministre, à mettre en place, une commission chargée de recenser les entreprises du secteur parapublic présentant des risques majeurs, et de lui soumettre, au plus tard le 1er septembre 2016, une proposition sur les modalités de leur gestion optimale.

Khady Thiam Coly

 

1 Comments

  1. La première niche de gaspillage c’est ce Haut Conseil des Collectivités Locales de 150 énergumènes équipés de 4X4, gros salaires, indemnités, perdiems, frais, passeports diplomatiques, logements, etc. Je pense qu’il est de plus en plus difficile de noyer le poisson par des annonces choc.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15