POLITIQUE

RÉFÉRENDUM 20 MARS- Ce sera la patrie ou le pari

  • Date: 7 mars 2016

 

Il faudra faire le bon choix, dimanche 20 mars 2016.  Et n’écouter que la voix de la patrie. Et non la voie des paris. Les Sénégalaises et Sénégalais sont devenus assez matures, parce que le pays  a besoin de nouveaux leviers de puissance pour se développer. Ils sont dans l’entraide, la générosité, le bel avenir, l’unité autour de cette grande Nation. Ce que le Président Macky Sall compte lancer, dans les prochaines années. Tout le monde est associé au programme. Cette fois, l’appel est lancé à l’endroit des Sénégalais pour ce nouveau pacte entre un chef d’État et son Peuple. Ce 20 mars, les Sénégalais, dans leur diversité, vont trancher le débat. Pas besoin d’appartenir à un clan, une communauté, une ethnie, il nous faut faire des pas vers un Sénégal  debout. Pour cela, il faut être sourd aux complaintes de ces anciens barons. Ils n’ont même pas un programme, une ampoule, une boîte d’allumettes, de bougies, de sucre à offrir. Leurs projets, occuper l’espace en devenant des ambulants politiques. Aujourd’hui, les Sénégalais ont besoin de voir leur avenir, autrement. En y inculquant, les valeurs fondamentales qui fondaient le Sénégal, le président de la République compte ainsi créer une bonne réserve. De ressources humaines de qualité. Des compatriotes actionnaires dans cette Nation. Où il faudra tout partager. Chacun et chacune peut y jouer sa belle note. Que cela soit musicale, sociale, agricole, l’espace s’élargit, pour tous. Sans distinction aucune.

Il est donc loin, ces années de braise où le Sénégalais mangeait du « dougou bou pithie », des « ailes de dindes », de ces paysans qu’on « saupoudrait », pour qu’ils paient leurs dettes. De nos jours, on investit la terre. Et on y gagne beaucoup. Finie l’époque de la parole unique. De ces hommes et femmes qui  ne reconnaissent pas les talents d’autres concitoyens.

Les Sénégalais ne sont plus dans cette voie du pari. Où l’on bourre les urnes. Où l’on tire comme des snipers sur les cortèges. Finie l’époque du far West et de ces impunités. Une société sénégalaise difficile mais quand même apte à prendre part à l’histoire du monde. Cette exception ne plaît pas. Mais il faut la sauvegarder. Que chacun cultive son petit jardin. Et pense à son voisin. Sous le soleil, certains font murir le maïs, si ce n’étaient eux, les pétales n’allaient pas devenir flocons, le matin, dans une bonne tasse de lait. Des Sénégalais bravent les vagues, l’écume des mers rugissantes, à l’heure où certains sont enfouis dans des draps de lavande. Après avoir commandé à midi, le bon braisé de mérou. Des Sénégalaises se lèvent au chant du coq, pour piler, vanner, trier le mil, pour le couscous. Qu’un grand boss veut ce soir, avec une sauce feuilles. Il y a des Sénégalais, qui ont quitté femmes, enfants, amis, pour là-bas, se refaire une petite santé financière. La musique de Youssou Ndour, le khalam de Samba Diabaré Samb, leur donne du courage. Et c’est avec toute cette diversité que Macky Sall veut construire un pays. Pour ces chérubins de la case des tout-petits, ces potaches de l’élémentaire, ou ces mioches à califourchon sur le dos, ou traînant dans le sable, en s’agrippant aux palissades. Et dans l’isoloir, il va falloir penser à toutes ces bonnes choses. Ce ne sont pas des « éléphants blancs ».

Ndèye Diaw

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15