Sans titre

Référendum du 20 mars- Grap dit ‘’Non’’

 Le chef de l’État, Macky Sall, et ses partisans ne pourront pas compter sur la Grande Alliance Patriotique «GRAP» pour faire passer son projet de révision constitutionnelle, soumis en référendum, le 20 mars prochain. En conférence de presse, hier, le président du «GRAP», Djibril Ndiaye, compte battre campagne pour que le Non l’emporte, dans la mesure où  il trouve que ce référendum est un non-sens.

La grande Coalition du Non s’élargit davantage. Lors d’un point de presse, hier, le Grap a décidé de battre campagne pour la victoire du Non au référendum du 20 mars prochain. Djibril Ndiaye trouve insensé le référendum car n’étant pas d’accord avec la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans. « C’est un septennat qui sied à la réalité de nos pays en voie de développement », a fait savoir Mr Ndiaye. Le patron du Grap qui a examiné le projet de réforme a ainsi  décidé de voter Nonparce que n’adhérant pas à la démarche qui nous a amenée à ce référendum. « Il y a eu une démarche unilatérale qui n’a pas permis de discuter du contenu de ces réformes et nous pensons que c’est dans la concertation que nous prendrons le meilleur pour le Sénégal et nous n’avons pas eu cette opportunité », soutient-il.Autre part, il a attiré l’attention sur  deux articles du texte soumis au référendum, ce 20 mars 2016. L’article  86 alinéa 5: « Le Premier ministre peut, en outre, recourir à cette procédure pour un autre projet ou une proposition de loi par session. » L’article 25 alinéa 3 : « Tout citoyen est tenu de respecter scrupuleusement la Constitution, les lois et règlements, notamment d’accomplir ses devoirs civiques et de respecter les droits d’autrui …»  La combinaison de ces articles ouvre de fait la voie à une « liberté individuelle»  laisse pantois Mr Ndiaye  qui ne comprend pas  la précipitation de Macky Sall et son refus de toute concertation sur son projet de révision. « Serait-ce tout l’enjeu caché de la révision constitutionnelle et du référendum de Macky Sall », se demande-t-il.  Donc, « le référendum n’est pas quel­que chose d’important pour le Sénégal qui n’a pas besoin d’institutions pour marcher».

«Une République en danger »

Notre pays marche exactement comme dans les gran­des démocraties. Bon, j’ai entendu dire que dans les grandes démocraties, le standard c’est 5 ans. Mais, nous ne sommes pas encore un pays développé. Ici, tout est à faire, à refaire.  Dans les pays dé­ve­loppés, les gens ont fait ce qu’il fallait faire. On n’a pas encore atteint ce niveau. Et, là, ça pose un problème ». Pour toutes ces raisons, la  Grande Alliance Patriotique (GRAP) a décidé de voter Non pour le référendum du 20 mars 2016 et compte battre campagne avec le front du ‘’Non’’.Par ailleurs, il a disséqué les propos du Cemga Mamadou Sow qui  justifiait le faible taux de participation des militaires au scrutin référendaire par l’engagement de nos vaillants soldats sur les théâtres d’opération à l’étranger. Mais le Cemga en parlant ainsi, le Grap estime que la République est en danger.

Mouhamadou  BA


Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …